recherche

Accueil > Les Brèves > Mort du ministre de l’Intérieur du Mexique

lundi 14 novembre 2011

Mort du ministre de l’Intérieur du Mexique

 

Le ministre de l’Intérieur mexicain Francisco Blake Mora a perdu la vie hier matin dans un accident que les commentateurs mexicains qualifient de « suspect ». En effet, il y a trois ans, son prédécesseur, Juan Camilo Mouriño, disparaissait dans des circonstances semblables. Coïncidence ?

Mines éberluées des présentateurs de télévision, réactions incrédules des membres de la classe politique, trouble lisible sur le visage du président Felipe Calderon... L’annonce de la mort du ministre de l’Intérieur Francisco Blake Mora a déclenché une vague de consternation au Mexique.

L’hélicoptère transportant le haut fonctionnaire, trois de ses collaborateurs ainsi que trois membres de l’équipage s’est écrasé hier matin dans le sud de Mexico, alors que le ciel était parfaitement dégagé.

Il n’y a aucun survivant. Le ministère des Communications et des Transports a été chargé de l’enquête sur les causes du sinistre.

La piste du narcotrafic

Qu’une autre piste que celle de l’accident soit envisagée par les commentateurs mexicains s’explique par le fait que le gouvernement est engagé dans une guerre contre les cartels de la drogue, un conflit dans lequel les organisations criminelles n’hésitent pas à recourir aux méthodes les plus sanglantes, comme assassiner des responsables politiques, pour asseoir leur domination.

La mort de Blake Mora est d’autant plus suspecte qu’il s’agit du deuxième ministre de l’Intérieur qui perd la vie dans un accident aérien durant le sexennat de Felipe Calderon. Deux accidents ? Les Mexicains ne croient pas aux coïncidences.

Le 4 novembre 2008, l’avion Learjet dans lequel voyageait Juan Camilo Mouriño s’écrasait en début de soirée dans un quartier fréquenté du centre de Mexico.

Les causes de l’accident n’ont jamais été élucidées, ce qui a grandement contribué à alimenter la rumeur d’un attentat perpétré par des organisations criminelles.

Ironie du sort, Blake Mora postait le 4 novembre dernier ce qui serait son dernier message sur Twitter : « Aujourd’hui nous nous souvenons de Juan Camilo Mouriño à trois ans de sa disparition, un être humain qui a travaillé à la construction d’un Mexique meilleur ».

Emmanuelle Steels
La Presse
. Canada, 11 novembre 2011.

Répondre à cette brève

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id