recherche

Accueil > Argentine > Sciences et Technologies > Lancement de « San Martín », le premier picosatellite argentin

13 janvier 2022

Lancement de « San Martín », le premier picosatellite argentin

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Una alianza entre la empresa Innova Space y el Ministerio de Desarrollo Productivo coronará hoy el lanzamiento del primer minisatélite argentino, dentro de un proyecto para llevar conectividad a explotaciones agropecuarias, mineras y petroleras.

Une alliance entre la société Innova Space et le ministère du Développement productif couronne aujourd’hui le lancement du premier mini-satellite argentin, dans le cadre d’un projet visant à apporter de la connectivité aux exploitations agricoles, minières et pétrolières.


JPEG - 106.5 ko
MDQubeSAT1 San Martín
Innova Space

« C’est un lancement historique pour notre pays et pour le monde », a assuré l’enseignant et PDG de la société Innova Space, Alejandro Cordero, à propos du minisatellite qui sera lancé ce jeudi depuis le Centre spatial Kennedy à Cap Canaveral.

Le nom du satellite est « MDQubeSAT1 San Martín » et ce sera le premier d’une constellation de 130 qui seront envoyés dans l’espace au cours des trois prochaines années.

La technologie de ce « picosatellite » - de 10x10x5cm et 461grs- fournira une connectivité IdO (IoT en anglais), connue sous le nom d’ « Internet des objets » : elle permet l’interconnexion numérique des objets du quotidien avec Internet, sans intermédiation de personnes.

La sous-secrétariat à l’économie de la connaissance du ministère du Développement productif, María Apólito, a souligné que le « MDQubeSAT1 San Martín » est « le premier en Amérique latine de cette taille et avec ces caractéristiques spécifiques », et a salué le projet comme un « modèle » à la fois de la collaboration public-privé et d’« une alliance vertueuse entre l’éducation et le monde productif ».

Le processus qui aboutira au lancement ce jeudi a commencé en 2019, dans les salles de classe de l’école technique n ° 5 de Mar del Plata , lorsque le professeur d’électronique de l’époque et aujourd’hui PDG d’Innova a proposé à ses étudiants de concevoir un picosatellite.

« Ce type de service de connectivité va être un dénominateur commun pour de nombreux secteurs économiques car avoir tout ce qui concerne un secteur productif en ligne est ce qu’il faut », a déclaré Apólito, en dialogue avec l’agence de presse Télam.

Le « MDQubeSAT1 San Martín » sera le premier satellite de la constellation « Libertadores de América » et sera lancé jeudi à 12h00 en Argentine via Space X. Il pourra être suivi en direct sur le compte Youtube d’Innova Space.

Le picosatellite sera en orbite dans le LEO ( Low Earth Orbit ), une orbite polaire à environ 400-500 kilomètres.

« Cette première mission consiste en une preuve du concept et une validation de la plateforme, ce qui nous permettra d’avancer et d’apporter des améliorations dans la conception du prochain satellite, sur lequel nous commencerons à travailler prochainement », a expliqué le PDG d’Innova.

Un minisatellite pour l’agro-industrie, l’exploitation minière et pétrolière

« Nous avons une très bonne couverture internet, mais notre pays est super étendu, très diversifié, il y a des endroits où les entreprises qui sont les les fournisseurs habituels n’arrivent pas parce que ce sont des zones rurales où il n’y a pas d’utilisateurs, mais il y a des machines et des capteurs », a déclaré Apólito, qui a rappelé que "70% de notre pays reste sans aucun type de couverture de communication ».

L’objectif du projet « Libertadores de América » est d’améliorer la connexion IOT. Le responsable a donné en exemple la connectivité nécessaire aux applications conçues pour surveiller en permanence et à distance des problèmes tels que « les périodes de récolte, la sécheresse ou d’autres variables météorologiques ».

Le sous-secrétaire à l’économie de la connaissance a indiqué que les capteurs au sol ne suffisent pas, mais qu’ « il faut une connectivité entre les équipements et les applications utilisées par les producteurs, et pour cela il faut un service Internet, via satellite, là où il y en a pas ».

Pour sa part, le PDG d’Innova a expliqué que la nouvelle plateforme « va révolutionner la technologie des satellites », en termes de « taille, de faible coût de lancement et de prestation de services, avec des applications infinies », étant donné que, bien que ce projet soit axé sur l’agriculture, il peut également s’appliquer aux activités « maritimes, minières, pétrolières et gazières ».

« Les silobags, par exemple, ont des capteurs pour savoir ce qui se passe : s’ils sont vandalisés, si le grain est bon, quand le sortir du sac. Mais ce capteur sans communication ne sert à rien », a-t-il ajouté, comme un exemple de l’utilité que cette innovation aura.

Investissement publique-privé

À partir de cette proposition pédagogique à l’école technique n° 5 de Mar del Plata, le projet a commencé à se développer en remportant différents concours et, en 2019, un premier investissement réalisé par Neutron, un accélérateur de projets basé à Mar del Plata, a terminé de consolider la création de la société Innova Space.

L’année suivante, il a eu accès à une ANR (Contribution Non Remboursable) du Ministère du Développement Productif de la Nation pour 15 millions de pesos dans le cadre du programme « Solution », auquel une nouvelle injection de fonds de 50 millions de pesos du programme « Promouvoir l’économie de la connaissance », un appel qui visait spécifiquement l’industrie des satellites et de l’aérospatiale.

« Le secteur de l’économie de la connaissance n’est pas seulement le logiciel, comme on le croit parfois, mais il existe d’autres activités qui sont extrêmement importantes et ont un grand potentiel en Argentine : l’une d’entre elles est l’industrie des satellites », a déclaré Apólito à Télam.

Le responsable a expliqué que la première ANR a servi « à terminer la construction de ce picosatellite », tandis que la plus récente contribuera à « la deuxième génération de satellites qui seront développés tout au long de cette année pour lancer la constellation ».

Apólito a souligné qu’entre les deux programmes, un financement de près de 388 millions de pesos a été accordé l’année dernière à « 21 projets de ce niveau » et, malgré le fait que les autres « n’ont pas autant de diffusion, car ils ne sont pas au stade du lancement » ou n’ont pas à voir avec le développement d’un satellite complet, ils sont tout aussi importants.

« L’Argentine est l’un des 10 pays qui gère absolument presque toute la chaîne de valeur de l’industrie des satellites qui est entrain de changer le modèle économique, car elle se tourne vers la constellation de satellites », a-t-il déclaré.

D’autre part, le responsable a expliqué que "le grand défi de l’industrie des satellites, maintenant que nous gérons très bien la partie physique de la construction des satellites, est de se concentrer sur la manière d’utiliser stratégiquement ces informations tant depuis l’État que depuis le privé, afin de prendre des décisions basées sur de gros volumes d’informations ».

Página 12 . Buenos Aires, le 12 janvier 2022.

Traduit de l’espagnol pour El Correo de la Diaspora par : Estelle et Carlos Debiasi

El Correo de la Diaspora. Paris, le 13 janvier 2022

Contrat Creative Commons
Cette création par http://www.elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported. Basée sur une œuvre de www.elcorreo.eu.org.

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id