recherche

Accueil > Argentine > « Programme Syrie » : Portes ouvertes en Argentine aux migrants syriens et (...)

5 septembre 2015

« Programme Syrie » : Portes ouvertes en Argentine aux migrants syriens et palestiniens

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Le chef de cabinet argentin (équivalent du premier ministre) argentin, Aníbal Fernández, a souligné la tradition argentine « qui est de faciliter l’entrée de citoyens de pays en situations tragiques comme la guerre », et a rappelé que depuis quasiment un an est en vigueur un programme qui « facilite l’entrée des citoyens syriens, pour justement, sortir de la situation dans laquelle ils se trouvent ».

« La situation est simple dans la mesure où c’est une mesure qui a cette forme ; une mesure administrative qui informe les responsables de l’univers des migrations correspondantes, pour agir en conséquences », a-t-il répondu quant à savoir s’il était prévu de recevoir ceux qui fuyaient la violence du Moyen Orient.

« L’Argentine a les portes ouvertes », a expliqué le ministre Aníbal Fernández, quant au fonctionnement de ce programme et « elle a un énorme prestige dans la connaissance des situations de ce type, dans la vision d’ouvrir ses frontières quand les situations humaines le requièrent », a souligné le ministre, face à la situation des migrants d’Afrique et du Moyen orient qui veulent entrer en Europe.

Il rappelle qu’au sein de Direction des Migrations Argentines, qui dépend du Ministère de l’Intérieur « la décision a été prise l’an dernier en octobre 2014, de faciliter l’entrée des citoyens syriens afin justement de les sortir de cette situation de guerre ».

De même, a t-il souligné, que « l’Argentine a toujours eu une attitude reconnue, chose que je sais pour avoir été ministre de l’intérieur et pour avoir traité en personne ce qu’il en était dans la Commission qui analyse les demandes d’asile ou les situations extrêmes, et fait en sorte que la situation soit évaluée au cas par cas ».

Le « Programme Syrie » permet que les personnes ayant cette nationalité qui vivent en Argentine obtiennent un « visa humanitaire » pour faire venir leur famille dans le pays. Ce visa a une durée de deux ans et concerne aussi les palestiniens qui vivent en Syrie. La Commission Nationale pour les réfugiés (Conare), explique ce programme est « très souple » et « permet que n’importe quelle personne en Syrie se présente au consulat argentin à Damas et sa demande sera acceptée comme refugié ».

Hier, lors du « Día del Inmigrante », la province de Jujuy a inscrit la première famille syrienne qui va être reçue en Argentine dans le cadre de ce programme, ce qui fut fêté par la communauté Syrio-Libanaise de cette province dont le président, César Siufi, a remarqué que « l’ Argentine est un exemple » en matière de politique migratoire que « devraient suivre les pays européens ». « A Jujuy, de nombreuses familles ont des parents en Syrie, avec lesquels ils sont en contact permanent, et qui ont manifesté le besoin de ne plus vivre avec les bombes qui explosent à leurs cotés ».

Traduction et résume pour El Correo de la Diaspora Latinoamericaine de : Estelle et Carlos Debiasi

EL Correo de la diaspora latinoamericana d’après Página 12. Paris, le 4 septembre 2015.

Contrat Creative Commons
Cette création par http://www.elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported. Basée sur une œuvre de www.elcorreo.eu.org.

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id