recherche

Accueil > Les Cousins > Amérique Centrale et Caraïbes > « Nica Act ». Le Nicaragua rejette l’ingérence du Congrès US

29 juillet 2017

« Nica Act ». Le Nicaragua rejette l’ingérence du Congrès US

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Le gouvernement du Nicaragua a rejeté l’introduction au Congrès des États-Unis du projet de loi connu sous le nom de Nica Act. Ce dernier cherche à imposer des sanctions économiques contre le pays d’Amérique Centrale dans le but d’imposer des changements internes.

Faisant part de la réponse émise par les autorités de Managua, la vice-présidente nicaraguayenne, Rosario Murillo, a affirmé que « nous rejetons et condamnons le Nica Acte en tant que continuité des politiques historiques d’ingérence impériale des États-Unis ».

Elle a ainsi souligné que le pays continuera de développer ses « politiques et propositions d’union nationale, en accords avec nos engagements constitutionnels et nos réalités ».

Selon Murillo, face à cette nouvelle provocation, le Nicaragua engagera un processus juridique pour exiger aux États-Unis le paiement de l’indemnisation ordonnée en 1986 par la Cour Internationale de Justice de La Haye, en tant que « compensation pour les dommages occasionnés ».

« L’État du Nicaragua exigera le droit de notre pays à être reconnu par des recours qui bénéficieront à la paix, la démocratie et le développement » face à l’« intrusion destructrice et illégale de cette puissance dans nos affaires internes », a-t-elle précisé.

Le Nicaraguan Investment Conditionality Act of 2017, connu sous le nom de Nica Act, est un projet de loi ressuscité par 25 législateurs (15 républicains et 10 démocrates) qui prétend conditionner les prêts et financements d’organismes internationaux à la nation centre-américaine.

Prensa Latina. Managua, 27 juillet 2017

Répondre à cet article

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id