recherche

Accueil > Livres > « Les confessions d’un assassin financier »de John Perkins

1er août 2017

« Les confessions d’un assassin financier »
de John Perkins

 

Nous, les assassins économiques sommes les réels responsables de la création d’un véritable empire global transnational.

Nous avons différentes manières de procéder. Lorsque nous identifions un pays qui détient des ressources, comme du pétrole, alors nous organisons un énorme prêt pour ce pays auprès de la Banque Mondiale ou une organisation sœur. Mais l’argent ne va réellement jamais au pays ciblé. Au lieu de cela il est utilisé par de grosses compagnies transnationales US pour construire des projets d’infrastructures dans ce pays. Des centrales électriques, des parcs industriels, des ports… Des choses qui profitent à un petit groupe de personnes très riches de ce pays, ainsi qu’aux compagnies transnationales. En aucun cas ces projets ne profitent à la majorité des habitants, au contraire. Dans tous les cas, l’ensemble des citoyens du pays concerné devra supporter une dette énorme. La dette est si énorme qu’ils ne pourront jamais la payer.

Cela fait partie du plan, il s’agit de leur faire contracter des dettes impossibles à rembourser. Et donc, à un moment, nous, assassins économiques, retournons les voir pour leur dire : « Écoutez, vous nous devez beaucoup d’argent, vous ne pouvez pas payer votre dette, alors vendez-nous votre pétrole très bon marché pour nos compagnies pétrolières. Autorisez-nous à construire une base militaire dans votre pays ou envoyez vos troupes pour soutenir nos guerres, soutenez notre vote dans le prochain vote aux Nations unies… privatisez vos compagnies électriques, la distribution de l’eau ainsi que vos systèmes de canalisation, vendez-les aux sociétés américaines ou autres compagnies transnationales… »

La manière dont la Banque Mondiale et le FMI travaillent est typique : ils endettent un pays et la somme couplée aux intérêts est si importante qu’elle ne pourra pas être remboursée ! Après quoi elles offrent de financer à nouveau cette dette, et de se faire payer encore plus d’intérêts…

Ensuite la mise en place de restrictions du FMI (dite bonne gouvernance) implique la vente des ressources du pays, la privatisation des services publics, des écoles, de l’armée même, le monopole de ces activités revenant aux transnationales…

C’est un double, triple, quadruple revers dévastateur.

La mise en action d’assassins économiques a commencé dans les années cinquante jusqu’à nos jours. Le procédé employé pour voler les ressources d’un pays se fait en trois phases :

L’envoi d’assassins économiques chargés de corrompre les dirigeants de l’état ciblé. La finalité est de négocier un essor économique qui ne profite qu’à une toute petite minorité très riche, l’ensemble des populations supportant la charge des endettements successifs. L’effet est destructeur pour le pays et les populations mais profitable pour les transnationales.
Si cette première tentative échoue, c’est alors aux « Chacals » d’intervenir sur le pays. Il s’agit d’agents d’opérations noires en charge de destituer ou de tuer les dirigeants qui ne veulent pas coopérer. C’est ce qu’il en coûte à tout opposant à l’alliance unissant dirigeants des multinationales, gouvernements et banques dont l’objectif est de construire l’Empire Global.
Il arrive que cette opération ou coup d’état échoue, ce fut le cas pour Saddam Hussein et pour Hugo Chavez. Dans ce cas, c’est l’intervention armée qui est requise pour détruire le pays qui ne veut se soumettre au diktat de l’Empire Global. C’est généralement l’armée US qui est employée pour cette besogne, mais il peut s’agir aussi de l’armée d’un pays voisin acquis à la cause de l’Empire.

Ces procédés qui font rage depuis 60 ans ont permis l’établissement de puissances économiques transnationales supplantant absolument tous les états. Aucun état aujourd’hui n’est en mesure de résister à cette pression et il est à terme contraint de détruire l’idée même d’intérêt commun, l’idée de redistribution équitable des richesses du pays, l’idée de souveraineté. La globalisation, ou mondialisation s’est faite ainsi à marche forcée avec son lot de destruction globale. Le monopole de la création monétaire, le monopole de l’information, le monopole de la gestion des ressources planétaires, le monopole de la santé, etc… sont les objectifs affichés de l’Empire Global dont l’ultime finalité n’est autre qu’un Nouvel Ordre Mondial, piloté par un club de milliardaires plus avides et nocifs qu’utiles à la création d’une authentique civilisation planétaire.

D’après la VIDEO (vostfr) et le livre de John Perkins, ancien agent de la National Security Agency (NSA), travaillant dans une firme de conseil internationale : « Les confessions d’un assassin financier. Révélations sur la manipulation des économies du monde par les États-Unis », éditions Al Terre. 2 juillet 2010

El Correo de la Diaspora. Paris, le 1er août 2017

Répondre à cet article

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id