recherche

Accueil > Notre Amérique > Terrorisme d’Etat > El Salvador > La chine déclassifie les Etats-Unis

17 juillet 2010

La chine déclassifie les Etats-Unis

par Enrico Piovesana

 

La première agence de notation chinoise rompt le monopole des « trois sœurs » et ne donne pas aux Etats Unis, le sacrosaint « AAA ».

Il a beaucoup été écrit et discuté récemment sur le pouvoir excessif, la fiabilité et la neutralité des agences de qualification étasuniennes. Standard & Poors, Moody’s y Fitch qui possèdent le monopole du jugement sur la santé économique des Etats ; Ce sont eux qui décident si les économies sont fortes et lequelles sont faibles, eux qui déterminent de fait le destin des nations. UN « A » de plus ou de moins dans leur évaluation (qui sont peu objectives et désintéressées) peut signifier la survie ou la ruine d’un pays.

Néanmoins, maintenant les choses peuvent changer. dans les derniers jours a été créé, la première agence de qualification chinoise, la Dagong, créée par Beijing pour casser le monopole des Etats-Unis. dans ce domaine et apporter une vision alternative à celle des « trois sœurs » des Américains. Le premier rapport Dagong, publié le 10 juillet, a causé un grand émoi et a suscité un grand intérêt. Pour évaluer la solvabilité des États, l’agence chinoise s’est basée sur des critères différents des traditionnels, puisqu’elle tient plus en compte de la capacité à créer une richesse et la quantité de réserves. Le résultat a abouti ce que les États-Unis perdent leur niveau mythique « un triple À » et soient abaissés à « AA » ; la Grande-Bretagne et la France descendent à ‘ « AA – » ; et l’Italie, l’Espagne et la Belgique, elles s’effondrent à « À – » . Cela va mieux pour le Canada, l’Allemagne et les Pays-Bas qui ‘AA obtiennent ‘ + ‘ : la même note que la Chine qui elle est relevée.

De ce fait il y a eu des critiques sur le fait que la Chine ait été revalorisée par elle-même. Beaucoup d’experts occidentaux ont qualifié la classification de Dagong comme étant beaucoup plus « réaliste » qu’elles de Standard*Poor’s, Moody’s et Fitch, surtout en ce qui concerne la déclassification des États-Unis. Depuis pas mal de temps, les économistes, y compris les étasuniens, considèrent que un « AAA » des États-Unis cache une réalité beaucoup plus négative. Un nombre chaque fois plus grand d’experts croient que les États-Unis sont réellement au bord de l’insolvabilité et de la faillite, puisque la dette outre un contrôle (13 milliards de dollars, de l’équivalent du Produit Interne Brut) et le risque d’une nouvelle crise d’hypothèques (dans un récent rapport du Trésor des États-Unis on parle d’une nouvelle grande bulle sur le point d’éclater) qui peut arriver à provoquer de nouvelles banqueroutes bancaires en cascade.

Même si les doutes sur l’état réel de santé de l’économie des Etats-Unis (et du monde) n’étaient pas aussi nombreux, ajoutez-y maintenant la nouvelle bombe selon laquelle, pour la première fois, les Nations Unies proposent d’abandonner officiellement le dollar comme réserve mondiale parce que cela fait courir un « risque d’instabilité ». Le rapport de 2010 de l’ONU sur la situation économique et sociale du monde, publié à la fin d’un juin, met en relief la nécessité de créer un nouveau système de réserve mondiale qui ne soit plus basée sur le dollar, mais sur une monnaie unique mondiale qui se développerait en étant basé sur les Droits spéciaux de tirage (DEG) du FMI.

Ce serait un premier pas vers un nouvel ordre économique et la politique mondiale (un gouvernement fédéral global non nécessairement démocratique), selon un article récent de The Economist, est considéré par beaucoup d’économistes comme l’unique médecine amère pour répondre efficacement à un avenir de stagnation économique ou pire, de récession.

Traduction de Danielle Bleitrach

La Cina declassa gli Usa.
Peace Reporter, le, 17 juillet 2010.

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id