recherche

Accueil > Empire et Résistance > Union Européenne > France > Charlie Hebdo et la vague réactionnaire

12 janvier 2015

Vu de Mexico

Charlie Hebdo et la vague réactionnaire

par Guillermo Almeyra *

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

L’assassinat brutal des membres de Charlie Hebdo a déchaîné le traditionnel chauvinisme patriote des français qui dans ce cas peut se déguiser derrière l’horreur, la haine et la répudiation que provoque à tout être humain pensant tout assassinat massif. François Hollande et la France « de l’Ordre » sont montés sur cette vague sur laquelle se mélangent des gens légitimement indignés par le crime, avec des sionistes qui veulent apporter de l’eau à leur moulin anti-arabe et sortir de leur isolement, et avec l’extrême droite raciste française. Ceux du gouvernement « socialiste » travaillent ainsi à toute vapeur en faveur de la xénophobie raciste lepéniste. Le gouvernement raciste de Valls-Hollande, stupidement, pour récupérer de la popularité, croit pouvoir voler le terrain sous les pieds au lepénisme en étant en tête de la meute anti-arabe, si populaire dans un pays qui dans son histoire médiévale compte plusieurs croisades contre le monde arabe, alors beaucoup plus avancé que la France de l’époque, et pour cela redoutable, et après capitaliste, a colonisé des pays ayant une population à majorité musulmane et a été chassé de ceux-ci non sans laisser, par exemple, en Algérie, un million de morts.

Il y a eu un temps dans lequel Charlie Hebdo critiquait doucement les gouvernements successifs tandis qu’il publiait des histoires drôles machistes et élitistes et elle était seulement une revue-passe-temps irrévérente. Mais depuis l’attaque des Tours Jumelles aux États-Unis d’ Amérique il a assumé le rôle de Caton français de troisième classe, en fabriquant une version colonialiste et raciste de l’islam sans prendre en compte ni le respect nécessaire pour les croyances religieuses de millions de travailleurs en France ni la trace sanglante qu’a laissé chez ceux-ci le racisme et l’oppression des colonialistes. Dans le pays du racisme institutionnalisé qui a donné l’affaire Dreyfus et où si on gratte en surface des millions de gens de la classe moyenne des deux sexes, surtout pieds noirs, apparaît tout de suite la figure dégoûtante de Monsieur Chauvin, Hollande amalgame les sentiments légitimes d’horreur de beaucoup de bonnes gens, avec le racisme sioniste français et le vieux racisme « anti métèques » de la droite et de la droite extrême pour obtenir « l’unité nationale ». De cette façon, aussi comme l’écrivassier Houellebecq, ouvre à deux battants la porte au fascisme de masses.

Tout assassinat est toujours inadmissible et répudiable, et il n’y a pour lui aucune justification politique ni religieuse. Le crime commis contre les provocateurs arrogants de Charlie Hebdo n’est pas, par conséquent, justifiable, mais oui il est explicable. Parce que si l’on ne s’explique pas les raisons qui ont mené à cet assassinat horrible, on reste intellectuellement à la grâce des « gardiens de l’Ordre républicain » ; c’est-à-dire, des assassins en masse -via l’ « austérité » pour protéger le grand capital- des pauvres, des enfants, des personnes âgées en Europe même et de ceux qui bombardent là où il leur semble le faire au nom de la « liberté ». L’ignorant et les âmes candides collaborent pour construire le fascisme immonde de demain, dont le souffle se sent déjà derrière le mouvement réactionnaire de la France pour les français.

L’idéologie d’origine US de cette offensive de la droite est le supposé choc de civilisations, la guerre contre l’islam (c’est-à-dire, contre 2 milliards de musulmans dans le monde). Cette idéologie apocalyptique cache la guerre éternelle et prépare dans plusieurs pays la guerre civile (qui est déjà installée en Afrique sous la forme de guerre entre des musulmans extrémistes et des chrétiens soutenus par l’impérialisme, surtout français).

Les gouvernants des pays impérialistes ont créé et après ont nourri et armé l’intégrisme fanatique de quelques petits groupes islamiques : La France l’a fait en Algérie avec ses harkis, les soldats natifs qui luttaient contre l’indépendance ; les États-Unis d’Amérique étaient derrière les Frères Musulmans égyptiens pour combattre le nationalisme arabe laïque de Nasser et ont utilisé les talibans afghans contre le gouvernement laïque prosoviétique et les troupes de Moscou qui étaient entrées dans le pays pour soutenir ce gouvernement. Israël a été derrière la naissance du Hamas pour combattre l’Organisation pour la Libération de la Palestine, laïque et de gauche dirigée par Yasser Arafat. Comme il est logique, le fils de Frankenstein de l’obscurantisme médiéval ainsi promu, a commencé à marcher pour son compte et a échappé à ses maîtres, comme Ben Laden, l’agent initial de la CIA. L’Angleterre, pour sa part, après être chassée de l’Inde, a laissé le venin de la lutte religieuse entre hindouiste, bouddhistes et musulmans qui s’est déplacé plus tard aux États indépendants de l’Inde et du Pakistan. Le fondamentalisme intégriste de quelques groupes musulmans est le reflet direct des fondamentalistes chrétiens occidentaux qui cherchent à croire que leurs valeurs culturelles sont universelles et se croient destinés par leur Dieu à évangéliser et à civiliser à feu et à sang les soi-disant sauvages ou barbares.

La solidarité poilue -dans la langue de Voltaire ! – au colonialiste Hollande, formulée par le Premier ministre anglais Cameron ou par John Kerry, vice-président yankee, bat les records de cynisme et d’hypocrisie.

Toute attaque terroriste indistincte, en plus d’un crime, est une grave erreur politique, même commise par un honnête anarchiste qui, avec une bombe veut en finir avec un système, dont la répression le renforce tout de suite. Ceux qui ont tué les journalistes de Charlie Hebdo ont déchaîné une vague anti-arabe, avec des bombes dans les mosquées, des détentions « préventives », des mesures ultraréactionnaires contre tous les jeunes qui semblent musulmans, et ont donné un souffle politique à l’extrême droite xénophobe dans toute l’Europe, au Front National lepéniste, à la droite dans le gouvernement [PS], qui sera encore plus pro-israélien, encore plus colonialiste. Si leur action criminelle ne s’expliquait pas par leur ignorance, leur retard politique et désespoir, cela ressemblerait à une action des services, une provocation similaire à l’incendie du Reichstag par les nazis pour imposer le triomphe de Hitler. Le résultat est le même.

Guillermo Almeyra pour La Jornada

La Jornada. Mexico, le 11 janvier 2014.

Traduit de l’espagnol pour El Correo par : Carlos Debiasi

El Correo. Paris, 12 janvier 2014.

* Guillermo Almeyra Historien, chercheur et journaliste. Docteur en Sciences Politiques (Univ. Paris VIII), professeur-chercheur de l’Université Autonome Métropolitaine, unité Xochimilco, de Mexico, professeur de Politique Contemporaine de la Faculté de Sciences Politiques et Sociales de l’Université Nationale Autonome de México. Domaine de recherche : mouvements sociaux, mondialisation. Journaliste à La Jornada, Mexique.

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id