recherche

Accueil > Argentine > Économie > Privatisées > Services Publics : eau, électricité, ordures, etc > Renationalisation et résiliation du contrat avec le Groupe Suez pour Aguas (...)

22 mars 2006

Renationalisation et résiliation du contrat avec le Groupe Suez pour Aguas Argentinas

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

L’Argentine a annoncé la résiliation du contrat de concession avec Aguas Argentinas et Suez et la création d’une nouvelle entreprise baptisée AYSA contrôlée à 90% par l’Etat et à 10% par le personnel, a remplacé mardi Aguas Argentinas en reprenant ses actifs et l’intégralité de son personnel.

C’est la fin d’un feuilleton qui a duré des mois, et qui a généré de réelles tensions entre la France et l’Argentine. Le gouvernement argentin a justifié sa décision en affirmant que la filiale du groupe français n’avait pas respecté les termes du contrat de concession, notamment en matière d’investissements et de qualité de l’eau potable.

De son coté la France a appelé l’Argentine à prendre "des mesures appropriées" pour qu’une filiale du groupe français Suez puisse mettre fin à ses activités "dans des conditions satisfaisantes", après la résiliation de sa concession de distribution d’eau potable à Buenos Aires.

Le ministère des Affaires étrangères a également souhaité que "les instances d’arbitrage international puissent jouer tout leur rôle" dans la plainte de Suez, qui réclame à l’Argentine 1,7 milliard de dollars de dédommagements, soit le montant qu’il affirme avoir investi dans le pays.

Suez, qui a porté plainte devant le CIRDI, tribunal d’arbitrage destiné à régler les différends en matière d’investissements étrangers, a rejeté les arguments de Buenos Aires.

Pour sa part, le président argentin Nestor Kirchner a sévèrement critiqué le groupe français Suez, qui en était propriétaire. "L’eau est un bien social, mais en Argentine, le service assuré était exécrable", a assuré le président dans un discours près de Buenos Aires. "Cela fait quinze ans qu’ils sont en Argentine, ils ont gagné des centaines de millions et beaucoup de gens n’ont même pas une goutte d’eau", a-t-il ajouté. "Nous voulons que les entreprises gagnent bien leur vie, que cela se passe bien pour eux, mais nous ne voulons pas être pris pour des imbéciles", a-t-il encore affirmé.

Le groupe Suez avait obtenu en 1993 la concession de la distribution d’eau potable et du traitement des eaux usées dans le grand Buenos Aires, où vivent plus de dix millions de personnes. Aguas Argentinas a rejeté ces arguments, assurant avoir accompli un "travail exemplaire" en permettant à plus de deux millions de personnes de bénéficier depuis 1993 de l’eau potable grâce à quelque 1,7 milliard de dollars d’investissements.

D’après Página12}}. Buenos Aires, 22 mars 2006.].

Traduction pour El Correo : Estelle et Carlos Debiasi

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id