recherche

Accueil > Les Brèves > Réforme agraire au Honduras : menace sur les paysans du Bajo (...)

vendredi 14 janvier 2011

Réforme agraire au Honduras :
menace sur les paysans du Bajo Aguán

 

Les paysans du Bajo Aguán aux Honduras se voient proposer dans le cadre d’une pseudo réforme agraire une affaire douteuse. Pour le moment ils cultivent des produits de subsistances pour leurs familles et le marché local. Leurs terres sont menacées par le palmier à huile.

Car cherchant une reconnaissance dite légitime auprès d’eux, le gouvernement de facto de Porfirio Lobo a mené une négociation pour que les paysans puissent soit disant accéder à 11.000 hectares achetés à un propriétaire avec des fonds publics. Mais à la condition qu’ils sèment des palmiers à huile pour la moitié et vendent l’autre moitié au même propriétaire. Miguel Facussé Barjum.

C’est le cultivateur de palmier à huile le plus puissant du pays, il a acquis ses terres en les sous payant et serait impliqué dans des disparitions ou morts de plusieurs paysans.
Facussé a été un des piliers du coup d’Etat qui a eu lieu au Honduras. Il est propriétaire de grandes entreprises comme Mejores Alimentos, Químicas Dinant, Exportadora del Atlántico, et producteur d’huile dans la zone de Bajo Aguán.

Certaines de ses entreprises ont reçu des fonds d’organismes dépendant de la Banque Mondiale, ou attendent le soutien de la Banque Interaméricaine du développement, ou du Banco Centroamericano de Integración Centroamericana (BCIE)... alors qu’il vise le grand marché des agro-combustibles.

Des soutiens qui n’ont pas l’air de prêter attention aux zones d’ombre de cet homme d’affaires et aux violations de droits de l’homme associées au développement du palmier à huile et aux agro-combustibles.

Une pétition de solidarité aux paysans du Bajo Aguán au Honduras est lancée sur le site salvaselva.org

El Correo 13 janvier 2010

Répondre à cette brève

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id