recherche

Accueil > Fil rouge > Réflexion de fin d’année : Qu’arriverait-il ?

30 décembre 2009

Réflexion de fin d’année : Qu’arriverait-il ?

par Mario Benedetti

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Qu’arriverait-il si nous nous réveillons un jour
 en réalisant que nous sommes la majorité ?


Qu’arriverait-il si tout à coup une injustice,
une seule, est rejetée par tous,
tous autant que nous sommes, pas quelques-uns,
ni certains, mais tous ?


Qu’arriverait-il si au lieu de rester divisés 
nous nous multiplions, nous nous additionnons,
affaiblissant l’ennemi qui veut arrêter notre marche en avant ?

Qu’arriverait-il si nous nous organisons 
et si nous affrontons nos oppresseurs sans armes,
silencieux, nombreux,
avec nos millions de regards,
sans vivats, sans applaudissements,
sans sourires, sans tapes sur l’épaule,
sans hymnes partisans,
sans cantiques ?

Qu’arriverait-il si je le fais pour toi, qui es si loin,
et toi pour moi, qui suis si loin,
et nous deux pour les autres, qui sont très loin,
et les autres pour nous, qui sommes si loin ?


Qu’arriverait-il si les cris d’un continent
 deviennent les cris de tous les continents ?


Qu’arriverait-il si nous nous prenons en main 
au lieu de nous lamenter ?

Qu’arriverait-il si nous brisons les frontières
 et que nous avançons et avançons,
et avançons, et avançons encore ?

Qu’arriverait-il si nous brûlons tous les drapeaux
pour n’en garder qu’un seul, le nôtre,
celui de tous, ou mieux, parce que nous n’en avons nul besoin,
aucun drapeau ?


Qu’arriverait-il si nous cessons brusquement d’être des patriotes 
pour devenir des humains ?
Je ne sais pas. Je me le demande.
Qu’arriverait-il ?

Mario Benedetti

***
Mario Benedetti
, né en 1920, est un écrivain uruguayen, romancier, dramaturge et poète. Universitaire et membre du Movimiento de Liberación Nacional - Tupamaros, la dictature militaire dans son pays l’a contraint à l’exil entre 1973 et 1983. Il est décédé en 2009 à l’âge de 88 ans. Fondateur du Mouvement du 26 mars, en 1971, il a fait partie du bureau exécutif du Frente Amplio, coalition de gauche actuellement au pouvoir. Contraint à l’exil pendant la dictature militaire, de 1973 à 1985, il a résidé en Argentine, au Pérou, à Cuba et en Espagne.

***
Note : Traduction proposée par Lieucommun (texte modifié le 18 mars).
L’adaptation présentée ici n’est certes pas satisfaisante, ni de loin la meilleure possible - Tous les imparfaits liés aux conditionnels sont passés au présent pour des questions de phonétique mais aussi pour renforcer les actes. Dans le texte original, les deux temps coexistent.


Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id