recherche

Accueil > Les Brèves > Procès de la Junte Chilienne à Paris : Perpétuité pour certains dans un (...)

samedi 18 décembre 2010

Procès de la Junte Chilienne à Paris : Perpétuité pour certains dans un jugement qui fera date

 

Des condamnations supérieures à celles des réquisitoires, allant de 15 ans de réclusion à la perpétuité ont été prononcées ce vendredi au procès de la junte chilienne à Paris. Un acquittement a aussi été prononcé.

Les accusés, âgés de 61 à 89 ans ont été jugés par défaut pour les faits d’ « arrestations, enlèvements, séquestrations arbitraires avec torture ou actes de barbarie ou complicité » pour les disparitions de quatre Français sous le régime Pinochet. Ce procès annoncé comme « historique » a donc tenu ses engagements.

Les avocats ont insisté à la suite du verdict, comme l’avait souligné le procureur dans son réquisitoire, sur le caractère exemplaire de ce procès. « J’ai eu le sentiment qu’un espace historique s’ouvrait pour des milliers de victimes et de familles qui n’ont pas eu la chance d’avoir un procès » a expliqué Me Sophie Thonon.

« C’est une victoire. Les peines prononcées sont fortes et marquent bien la volonté de punir, et de faire savoir que la justice française a le pouvoir de les faire condamner ». Et d’espérer que ce verdict puisse créer le fondement d’une jurisprudence afin d’obtenir à l’avenir de nouvelles condamnations pour des crimes similaires.

Me Claude Katz a rappelé son intention et celle de ses confrères de poursuivre l’exécution du jugement voire donc d’exiger l’extradition des criminels. En tous cas sous mandat d’arrêt international, ils ne peuvent plus sortir de leur pays.

Seuls quelques uns des accusés, comme le général Manuel Contreras, ont déjà été condamnés au Chili pour des crimes commis durant la dictature et sont actuellement détenus."« Nous espérons que ce verdict fera que les chiliens pourront avoir une justice de vérité » a conclu Me Katz.

El Correo, Paris, 17 décembre 2010

Le Verdict :

José ZARA HOLGER : acquitté

Manuel CONTRERAS SEPULVEDA  : perpétuité

Pedro ESPINOZA BRAVO : perpétuité

Julio BRADY ROCHE : 30 ans

Marcelo MOREN BRITO : 30 ANS

Miguel KRASSNOFF MARTCHENKO : 30 ans

Osvaldo RIBEIRO (RAWSON) : 25 ans

Enrique ARANCIBIA CLAVEL : 25 ans

Raul ITURRIAGA NEUMAN : 25 ans

Gerardo GODOY GARCIA  : 25 ans

Joaquin RAMIREZ PINEDA : 25 ans

Basclay ZAPATA REYES  : 25 ans

Rafael AHUMADA VALDERRAMA  : 20 ans

Emilio SANDOVAL POO  : 15 ans

- Lire les débats du procès sur le blog de : Jac Forton

Répondre à cette brève

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id