recherche

Accueil > Empire et Résistance > Saint Siège > Papa François fait appel à la jeunesse cubaine

21 septembre 2015

Papa François fait appel à la jeunesse cubaine

 

Le Pape François a fait appel aujourd’hui aux jeunes cubains de rêver, de forger l’amitié sociale et de construire une culture de la rencontre, pour ainsi atteindre la grandeur de la patrie.

Dans une activité effectuée dans l’entrée du Centre Culturel Félix Varela, Sa Sainteté a souligné qu’un jeune qui n’est pas capable de rêver cela clôturé dans oui même.

Parfois nous rêvons de chose qui ne vont pas succéder, mais ils peuvent désirer, chercher des horizons et être ouvert, il a insisté.

Le monde peut être distinct, meilleur s’ils mettent le meilleur de vous, n’oubliez pas de compter les rêves, parlez des choses immenses qu’ils veulent. Parfois nous sommes fermés, nous nous enfermons dans notre petit monde, mais ce dont nous avons besoin c’est des coeurs et esprits ouverts , si nous pensons différement pourquoi nous nous parlons pas et nous nous donnons pas la main dans ce que nous avons dans commun, a dit le Pape. Si par la suite nous pouvons parler de ce que nous avons comme différent, nous pouvons aussi le faire, il a commenté.

Chercher le bien commun est l’amitié sociale, l’inimité sociale détruit la famille et le monde, a remarqué le leader de l’Église Catholique. La plus grande inimité est la guerre et aujourd’hui la planète est détruite par elle, par l’incapacité de parler être établi, le Pape a regretté.

Quand il y a une division il y a une mort dans l’âme, parce que nous tuons la capacité d’unir, soyez capables de créer l’amitié sociale, a souligné l’Évêque de Rome. Il a expliqué que les jeunes sont l’espoir d’un peuple et on souffre de cela, même pour porter en avant un projet. L’espoir est fertile, donne une vie et la capacité de donner une patrie, il a condamné. Il a regretté comme la culture de l’écart est promue, et comme affectionnée à la jeunesse, il annule son espoir et il elle mène à la dépendance ou au suicide.

Un peuple qui sait être convoqué pour construire un avenir bien qu’existe une différence de pensées a ensemble l’espoir de chercher la noblesse de la patrie. ’ Ne nous séparons pas, marchons encemble bien que nous sentions distinct, c’est la grandeur d’un peuple et de la patrie, c’est le doux espoir de la patrie ’. Je vais prier pour vous et je vous demande de prier pour moi, si un de vous n’est pas croyant et ne prie pas, qu’il désire de bonnes choses, a demandé Sae Sainteté à la jeunesse de Cuba.

Prensa Latina. La Havane, 20 de septiembre de 2015

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id