recherche

Accueil > Les Brèves > Les « déplacés colombiens » se mobilisent pour récupérer leurs terres

mardi 7 février 2012

Les « déplacés colombiens » se mobilisent pour récupérer leurs terres

 

Les populations déplacées à cause du conflit armé colombien se mobilisent le 10 février prochain. Ils attendent des réponses du Président colombien, Juan Manuel Santos, quant à l’application de la Loi de Restitution des Terres.

Des manifestations sont prévues dans 19 villes de la région côtière du Urabá où sévirent des groupes criminels formés d’anciens paramilitaires. Les déplacés réclament la présence de l’Etat pour que soit appliquée la Loi des victimes et Restitution des Terres.

Un Loi censée indemniser les victimes du conflit armé partir de 1985 à travers une indemnisation administrative et la restitution des terres aux familles déplacées à partir de 1991. Cela concerne quelque 2 millions d’hectares qui doivent être rendus avant 2014 aux 400 000 familles déplacées par des groupes armés illégaux.

Or dans cette région, les habitants signalent que des menaces ont été proférées à l’encontre de qui réclamait qu’on lui rende ses terres. Justement dans cette zone la multinationale de la banane Chiquita Brands avait financé des paramilitaires pour obtenir leur protection, elle a d’ailleurs était condamnée à une amende en 2007.

Selon plusieurs ONG mais aussi des chiffres gouvernementaux, sur les 15 dernières années ce sont 5,5 millions d’hectares qui ont été ainsi volés. Le Haut Commissaire des Nations Unies aux Réfugiés a dénoncé le fait que déplacement de population continuait, et restait dans 99% des cas, un délit impuni.

El Correo d’après Pulsar, 6 février 2012.

Contrat Creative Commons

Répondre à cette brève

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id