recherche

Accueil > Les Brèves > Législatives partielles en Argentine : le FPV toujours en tête, une (...)

lundi 28 octobre 2013

Législatives partielles en Argentine : le FPV toujours en tête, une opposition très morcelée

 

Lors des élections législatives partielles qui se sont tenues le 27 octobre en Argentine , le Front pour la victoire (FPV), la coalition présidentielle, conserve la majorité relative au Parlement et reste la première force politique du pays, avec 32,50% des votes et six points de plus qu’aux primaires, la seconde force politique obtenant 22,3%. Le scrutin portait sur le renouvellement de la moitié de la Chambre de députés et le tiers du Sénat.

Toutefois , mais sans surprise le FPV a perdu ces élections dans la Capitale Buenos Aires, mais aussi dans la province de Buenos Aires, où le péroniste dissident, Sergio Massa l’a emporté , avec 43% des votes rassemblant l’opposition au sens large y compris les non péronistes, contre 32% au candidat du FPV (qui a progressé de trois points par rapport aux primaires). Le FPV a perdu dans quatre autres provinces du pays (sur 23) Santa Fe, Cordoba, Chubut, Mendoza, mais a récupéré celles de San Juan et de la Rioja.

Les Cassandre, qui depuis des semaines voient dans ces législatives partielles, un test de la présidentielle de 2015 et la fin proche du Kirchnerisme, ne lésinant pas sur une certaine "intox", confondant en cela les enjeux des deux types d’élections, en seront peut être déçus, en analysant de près les résultats.

Si sur certaines provinces et la Capitale, l’opposition s’est renforcée, ce n’est pas pour autant qu’elle est structurée –loin de là- et qu’elle se trouve en ordre de marche avec un programme pour les présidentielles.

Pour le moment, à la suite de ces législatives partielles l’équilibre des forces au Parlement demeure le même, le FPV avec ses alliés étant majoritaire. A noter toutefois qu’un bloc de la gauche trotskiste a gagné un député dans trois provinces, soit trois députés au parlement. Enfin, pour la première fois, les jeunes dès 16 ans pouvaient voter, soit 600 000 sur 30 millions d’électeurs

El Correo, 28 octobre 2013

Contrat Creative Commons

Répondre à cette brève

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id