recherche

Accueil > Les Brèves > Le honteux pataquès diplomatique français avec la Bolivie ; L’UNASUR (...)

mercredi 3 juillet 2013

Le honteux pataquès diplomatique français avec la Bolivie ; L’UNASUR réagit

 

« La France a fini par autoriser le survol de son espace aérien par l’avion de M. Morales », le président bolivien, a déclaré la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, lors du compte-rendu du Conseil des ministres mercredi.

Ce qui veut bien dire que dans un premier temps le survol a bien été interdit. Comme le ministre bolivien des Affaires étrangères, David Choquehuanca, l’a affirmé. L’avion du président bolivien Evo Morales en provenance de Russie et de retour vers la Bolivie a été contraint mardi soir de faire escale à Vienne en urgence, à la suite d’un refus de survol et du changement de plan de vol. Le président Morales y a attendu plus de 13 heures.

A l’origine, la rumeur selon laquelle l’avion transportait l’analyste usaméricain Edward Snowden. Qui a pris l’initiative de bloquer l’avion du président bolivien et sur pression de qui ? Le gouvernement français va devoir être plus clair dans ses réponses au cours des prochaines heures. Cet incident gravissime va sans doute marquer profondément les relations diplomatiques au delà de la Bolivie avec l’ensemble de l’Unasur et des pays de la région. Le Venezuela et l’Equateur ont déjà vivement réagi parlant de la violation des immunités internationales, de même que l’Ambassadeur à l’Onu de la Bolivie, dénonçant un « acte d’agression » et une « violation des règles du droit international ». La présidente argentine s’est exprimée en direct sur twitter -en pleine nuit heure locale- et la convocation d’une réunion d’urgence de l’Unasur est entrain d’être organisée.

Le secrétaire général de l’Unasur, le vénézuélien Alí Rodríguez, a confirmé la réunion prochaine de l’organisme pour « discuter de l’inexplicable interdiction de vol » de leur espace par la France, l’Espagne, le Portugal, faite au président bolivien Morales.

« Le secrétariat général de l’ Unasur considère comme étrange que ce fait survienne alors que tous les gouvernements de l’Union Européenne ont manifesté leur préoccupation sur le programme d’espionnage » des Etats-Unis.

Le communiqué de l’Unasur qualifie d’ « indignante » l’affaire et demande « ne pas la laisser courir comme si c’était un fait normal, cet exercice impérial sur des pays ont qui versé beaucoup de sang pour obtenir leur indépendance ». Le texte rejetant « l’attitude dangereuse » de la France et du Portugal dans cette affaire.

El Correo avec agences. Paris, 3 juillet 2013.

Répondre à cette brève

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id