recherche

Accueil > Les Brèves > La restitution des terres aux indiens menacée au Brésil

samedi 27 octobre 2012

La restitution des terres aux indiens menacée au Brésil

 

Un projet d’amendement à la Constitution brésilienne, le PEC 215, va rendre encore plus difficile la restitution aux Indiens du Brésil de leurs territoires traditionnels.
Au Brésil, la Constitution de 1988 prévoyait que la démarcation des territoires indiens aurait été faite dans les cinq ans. Vingt-quatre ans plus tard on est loin du compte. Sur 1046 territoires indiens, seulement 363 ont été régularisés. Et pour 348 d’entre eux, le processus de démarcation, qui est très long, n’a même pas été entamé.

lLe projet d’amendement à la Constitution, le PEC 215, a été approuvé à la fin de l’année dernière par la Commission Constitution et Justice du Congrès brésilien. Alors que selon la Constitution, il revient à la Présidence de la République brésilienne d’homologuer les territoires indiens, cet amendement envisage que, désormais, toute démarcation devra être soumise à l’approbation des sénateurs et des députés. Etant donné la composition du Congrès brésilien largement opposée aux Indiens, cet amendement mènera à la paralysie totale du processus de démarcation des territoires indiens du Brésil, selon le Conseil indigène missionnaire (CIMI).

Les Guarani-Kaiowá sont une de ces ethnies indiennes qui attendent désespérément qu’on leur restitue une partie de leur territoire ancestral. Ils vivent une véritable tragédie. Depuis le début du vingtième siècle, ils ont perdu 90% de leur territoire situé dans l’Etat du Mato Grosso do Sul. Leurs terres sont aux mains d’éleveurs de bétail, de planteurs de soja ou d’entreprises de canne à sucre qui les ont presque entièrement déboisées. Les Guarani Kaiowá vivent confinés dans des réserves exiguës ou dans des campements précaires au bord des grand-routes, le long des terres qui appartenaient autrefois à leur ethnie. Leurs conditions de vie sont dramatiques(...)

L’Association brésilienne des Juges pour la Démocratie condamne et rejette cet amendement. Elle a lancé une pétition adressée à la Présidente Dilma Rousseff pour lui demander de garantir les droits constitutionnels des Indiens et de délimiter sans tarder leurs territoires.

ICRA appelle à signer la pétition lancée par l’Association brésilienne des Juges pour la Démocratie.

El Correo, Paris le 27 octobre 2012

Contrat Creative Commons

Répondre à cette brève

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id