recherche

Accueil > Réflexions et travaux > Un nouveau réveil pour une humanité à visage humain

30 juin 2022

Un nouveau réveil pour une humanité à visage humain

par Oscar Fortin*

 

La pandémie et la guerre en Ukraine ont fait naître une prise de conscience nouvelle.

Que ce soit la « Politique », la « Religion », les « Droits et Libertés fondamentales des personnes, des Peuples et des Nations », une mutation profonde est en voie d’en modifier la nature et l’existence.

Plus que jamais, nous réalisons que ce monde dans lequel nous vivons est bel et bien sous contrôle de grandes puissances qui dominent un peu tout, que ce soit en politique, en religion, en communication et en puissance militaire. Un réveil des Peuples et Nations ne voit plus les choses de la même façon.

Comme il fallait s’y attendre, les plus avantagés de ces divers pouvoirs ne veulent rien savoir de ces changements profonds, devenus irrésistibles à ces derniers. Dans cette nouvelle vision de la réalité, leur raison d’être se voit ramener à celle de simple Peuple et de de simple Nation, sans aucune prise de pouvoir sur les autres Peuples et Nations. Une sorte de mise à la retraite de ces derniers.

Sur le plan Politique, le grand changement qui s’impose, est celui du passage d’un monde unipolaire, à un monde multipolaire.

Présentement, le monde unipolaire est sous la gouverne de l’Oncle Sam qui se considère mandaté par Dieu pour gouverner le monde. Il décide du bien et du mal comme cela lui convient. On se souviendra des paroles de G.W Bush jr « Bush junior n’hésite pas, en effet, à évoquer le « combat du Bien contre le Mal ». Vous êtes avec nous (ce sera pour le bien) ou contre nous (ce sera alors pour le mal). À la manière de Dieu, ce sont eux qui décident ce qui est bien et ce qui est mal, en fonction, évidemment, de leurs propres intérêts. Quant au respect du droit international, ce n’est bon que pour les autres. Eux-mêmes ne se sentent pas soumis à la Charte des Nations unies : blocus économiques, sanctions contre les peuples récalcitrants, guerre en Irak, et bien d’autres se concrétisent sans passer par la Charte des Nations unies.

Dans une déclaration récente, Vladimir Poutine, celui tant décrié par ce même pouvoir impérial, disait ceci : « « Il y a un an, en marge du Forum de Davos, il a été clairement souligné que l’ère d’un monde unipolaire est morte et enterrée », a-t-il déclaré. Et d’ajouter : « cette ère est morte et enterrée malgré toutes les tentatives de la raviver et s’y agripper à tout prix ». Pour le président russe, ce n’est que le cours naturel des choses. »

Je ne peux passer sous silence cette intervention du Ciel, réclamant la consécration de la Russie au Cœur immaculée de la Vierge de Fatima. Quant à l’Oncle Sam, pas un mot1.

Il est évident que le monde ne peut plus se laisser diriger par les États-Unis d’Amérique, Puissance qui s’est autoproclamée la mandataire de Dieu pour guider et diriger les Peuples et les Nations de la terre. Je me dois d’y ajouter que l’État du Vatican s’en ait fait complice sous diverses formes2.

La politique étrangère américaine, après le 11 septembre, revêt une dimension rhétorique quasi religieuse. Bush junior n’hésite pas, en effet, à évoquer le « combat du Bien contre le Mal ». Le successeur de Clinton pense qu’il a une mission à accomplir : lutter contre le terrorisme, mener une politique qui protège les Américains du mal absolu que représente la conjugaison du terrorisme, des armes de destruction massive et des « États voyous ».

Ces États voyous sont évidemment ceux qui résistent à leur interventionnisme et qui s’affirment dans leur indépendance et souveraineté. Quant aux terroristes, c’est le président qui décide qui ils sont. Tout à l’image de Dieu, il décide des bons et des méchants. Incroyable lorsqu’on sait l’usage qu’ils ont fait des terroristes dans leur guerre en Syrie et en Lybie…
Qu’en est-il du monde multipolaire ?

Il n’en va pas de même avec le monde multipolaire qui est présentement en élaboration.

Le monde multipolaire sera soutenu et protégé, pour le moment, par les 5 membres qui composent le groupe des BRICS : B pour Brésil, R pour Russie, I pour Inde, C pour Chine, S pour Afrique du Sud. Ces cinq puissances reconnaissent et soutiennent le respect de la Charte des Nations unies laquelle confirme le droit des Peuples et des Nations à leur indépendance et souveraineté. Cette même Charte définit le protocole des relations entre Peuples et Nations, ce qui n’est aucunement respecté dans le monde unipolaire.

Ce groupe demeure ouvert à la présence d’autres Nations et Institutions internationales. Nous pouvons déjà signaler l’intérêt de l’Argentine à s’intégrer à ce groupe.

À lire absolument cette intervention de Vladimir Poutine au Forum économique de Saint-Petersbourg.

Sur le plan religieux, je vous réfère à cet article récent sur l’Église que j’ai édité sur mon site internet.

Oscar Fortin* pour Humanisme

Humanisme. Quebec, le 29 juin 2022

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id