recherche

Accueil > Empire et Résistance > Bataille pour l’information > Guerre des médias > La dictature des médias : Conflit Russie Ukraine

4 mars 2022

Ils ont censuré, entre autres, Spoutnik et RT

La dictature des médias : Conflit Russie Ukraine

Les médias jouent un rôle central dans le conflit

par Jorge Majfud *

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]


« Cela m’attriste que le mot » « honneur » ait été oublié »
(« Досадномне, кольслово « честь » забыто »)
Vladimir Vysotskii

Il faudra le répéter à l’infini :

« ¡ QUE CONSIDEREMOS QUE LA OTAN ES LA PRIMERA RESPONSABLE DEL CONFLICTO EN UCRANIA
no significa que apoyemos ni a Putin, ni a ninguna guerra !
TAMPOCO APOYAMOS LA DICTADURA MEDIÁTICA MUNDIAL Y SUS LÁGRIMAS DE COCODRILO »

L’impérialisme de l’OTAN et la guerre de Poutin

Cela fait partie d’une stratégie dans laquelle même les gens les plus honnêtes tombent : si vous êtes contre l’impérialisme de l’OTAN, vous êtes pour la guerre de Poutine. Ou ne mentionnez pas notre impérialisme parce que des innocents meurent en Ukraine. Eh bien, il faut toujours se souvenir de l’impérialisme, parce qu’il est timide et ne veut pas être mentionné, parce que, bien qu’il ne soit pas absolu, c’est le principal cadre politique et idéologique du monde, et il faut le mentionner encore plus maintenant parce qu’il se pose comme un défenseur altruiste des victimes ukrainiennes, puisqu’il est un protagoniste direct de cette tragédie.

La FIFA a disqualifié la Russie de la Coupe du monde 2022 au Qatar

Par conséquent, l’effet football fonctionne parfaitement. Et ce n’est pas qu’une métaphore : la vieille mafia de la FIFA a suspendu l’équipe russe de football de la Coupe du monde de cette année au Qatar, une Coupe du monde où les droits de l’homme brillent par leur absence.

La FIFA a pu organiser des coupes du monde dans des dictatures comme l’Argentine en 1978 ou dans l’Italie fasciste en 1934, manipulée en faveur du régime de Mussolini (Il Duce a également participé en France en 1938). Trois cas qui se sont terminés avec l’obtention du trophée maximum, où non seulement les footballeurs ont été victimes mais ces événements ont servi de légitimité morale à la barbarie.

La FIFA a également réussi à maintenir la « neutralité sportive » lors de massacres plus récents. Les grandes chaînes de télévision sportives n’avaient jamais diffusé les programmes avec la bannière « Non à la guerre » jusqu’à présent. Mais entre gangsters, ils se défendent.

Censure des réseaux sociaux

Dans la même ligne de pseudo-neutralité idéologique, les principales plateformes mondiales, telles que les réseaux sociaux (toujours, mais de plus en plus évidemment) se sont autoproclamées juges de la vérité mondiale et marquent toutes les nouvelles des médias tels que Russia TV avec l’avertissement « cette information provient d’un média affilié au gouvernement russe » [Plateformes et journalistes ont été étiquetés par Twitter, etc. « médiasaffiliésaugouvernementrusse » El Correo].

Mêmes les gouvernements bananiers ont même censuré cette chaîne d’information, malgré le fait que personne n’a jamais osé faire quelque chose de similaire avec CNN et Fox News lorsqu’ils ont rendu possible la désinformation qui s’est terminée par le massacre d’un million de personnes en Irak et sur un demi-continent dans un sanglante chaos qui persiste encore.

Sans parler de la censure classique de la visibilité et du positionnement médiatique des moteurs de recherche Internet qui entretiennent un oligopole quasi absolu, le tout manipulé depuis San Francisco.

Le précédent de Donald Trump

Notre position sur cette question n’a pas changé maintenant. Lorsque Twitter a fermé le compte de Donald Trump il y a quelques années, même si nous pensions que c’était un dépotoir, nous nous y sommes opposés. La liberté d’expression (sous stéroïdes pour les possesseurs d’argent et limitée par la vulnérabilité de l’emploi des personnes en dessous) signifie que ceux qui pensent radicalement différemment de nous ont aussi le droit de le dire.

Ce sont les peuples qui doivent mûrir et s’éduquer pour apprendre à digérer l’information et, surtout, apprendre à s’organiser pour ne pas toujours laisser la majorité des médias les plus puissants, créateurs de peur et d’opinion, aux propriétaires du capital . Pourquoi quatre ou cinq puissants PDG de méga-entreprises, choisis par personne en dehors de leur petit conseil de cardinaux, se proclament les gardiens de la vérité ?

Balisage des médias

Bien sûr, dans tous les autres cas, ils n’étiquettent ni ne mentionnent les affiliations des médias occidentaux avec des gouvernements alignés. Les grands réseaux qui font l’opinion, comme Fox News ou CNN , chargés de soutenir des guerres massives et de cacher leurs crimes contre l’humanité, ne sont pas plus indépendants parce qu’ils sont privés, bien au contraire : leurs empires ne dépendent pas des lecteurs mais de leurs annonceurs millionnaires et les puissants intérêts de leur micro classe sociale. Votre actualité doit être précédée de l’avertissement :

« Ce média est affilié ou répond aux intérêts particuliers de lobbies, d’entreprises et de transnationales »

Dans une large mesure, les chaînes qui ne cachent pas leur appartenance à un gouvernement, à un syndicat ou à une idéologie sont plus honnêtes que celles à projection internationale et à influence dévastatrice qui se posent en indépendantes et en championnes de l’objectivité informative.

De plus : l’objectivité médiatique n’existe pas et la neutralité n’est que lâcheté, voire cynisme. Ce qui existe et doit être apprécié, c’est l’honnêteté, en reconnaissant une fois pour toutes quelle vision du monde nous soutenons et si cette vision dépend de nos intérêts personnels, de notre classe ou de quelque chose de plus large appelé humanité.

Jorge Majfud* pour la Página 12

Página 12. Buenos Aires, le 4 mars 2022.

* Jorge Majfud est Uruguayen, écrivain, architecte, docteur en philosophie pour l’Université de Géorgie et professeur de Littérature latinoaméricaine et de Pensée Hispanique dans la Jacksonville University, aux États-Unis d’Amérique. College of Arts and Sciences, Division of Humanities. Il est auteur des romans « La reina de América » (2001), « La ciudad de la Luna » (2009) et « Crise » (2012) ; LA FRONTERA SALVAJE :
200 años de fanatismo anglosajón en América Latina », entre d’autres livres de fiction et d’essai. Blog : Estudios Críticos

Traduit de l’espagnol pour El Correo de la Diaspora par : Estelle et Carlos Debiasi.

El Correo de la Diaspora. Paris, le 4 mars 2022

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id