recherche

Accueil > Empire et Résistance > Canada > L’armée canadienne peine à retenir ses soldats en Afghanistan.

17 avril 2008

L’armée canadienne peine à retenir ses soldats en Afghanistan.

 

Cyberpresse
Ottawa, Le mercredi 16 avril 2008

Au moment où le Canada se prépare à passer trois autres années en Afghanistan, l’armée semble avoir de plus en plus de difficulté à retenir ses soldats.

Des documents d’information préparés pour le ministre de la Défense, Peter MacKay, indiquent que le taux d’attrition dans l’armée de terre - le nombre de soldats choisissant de prendre leur retraite ou de ne pas renouveler leur contrat - a atteint 13%, soit près du double de la moyenne des trois armes.

Le lieutenant-général Andrew Leslie a révélé l’automne dernier que les forces terrestres ont perdu 1.846 soldats entre mai 2005 et mai 2007, malgré un recrutement réussi.

M. MacKay a admis que le taux d’attrition était en hausse, mais a minimisé son impact, ajoutant que le gouvernement conservateur prend des mesures pour régler le problème. « Je crois qu’il s’agit d’un problème commun dans un marché du travail compétitif, a dit le ministre, lors d’un récent lancement de publicités de recrutement. Il y aura toujours des offres qui pousseront les hommes et les femmes de l’armée à considérer ces options. »

M. MacKay a ajouté que le patriotisme, le fait de servir leurs compatriotes et de participer à un moment historique figurent parmi les raisons qui poussent les militaires à s’enrôler.

Mais le patriotisme ne suffit pas toujours. La force de l’économie au pays depuis plus de dix ans a contribué à l’attrition, surtout chez les militaires pratiquant des métiers très en demande, comme les pilotes et les médecins. Les Forces armées ont été poussées à créer des mesures incitatives, comme des bonis pour la prolongation d’un contrat.

Des représentants du ministère de la Défense affirment que la hausse du taux d’attrition est attribuable au vieillissement de la génération des baby-boomers. L’âge moyen dans l’armée n’est toutefois que de 30 ans.

Selon des documents officiels, le taux d’attrition pour l’ensemble des Forces armées en 2007-2008 était de 7,9%, une légère hausse en comparaison aux taux de 6,3 à 6,4% observés ces dernières années. « En bref, malgré le succès du recrutement ces dernières années, la hausse de l’attrition a nui à la croissance (des Forces canadiennes) », peut-on lire dans un rapport du ministère de la Défense.

Le ministère de la Défense prépare un sondage visant à découvrir la cause des nombreux départs.

L’équipe de Cyberpresse vous suggère de lire :
Les soldats atterrés par la démission de Hillier

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id