recherche

Accueil > Argentine > Sciences et Technologies > L’État renoue avec la Science en Argentine

24 février 2020

L’État renoue avec la Science en Argentine

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Malgré la destruction néolibérale macriste dans le domaine de la science, le ministre Roberto Salvarezza a déclaré : « Les scientifiques reviendront de l’extérieur lorsque les conditions seront raisonnables » et a présenté des exemples concrets de la manière dont la science a commencé à retrouver la place qu’elle occupait pendant le Kirchnerisme, le lancement du satellite Saocom1B, les revalorisations salariales réalisées et le soutien à nouveau du gouvernement.

JPEG - 177.6 ko
SAOCOM 1A

« Au cours de ces quelques soixante-dix jours, nous montrons que la science revient pour retrouver la place qu’elle occupait à l’époque de Nestor et Cristina », a déclaré le Ministre des Sciences, Technologie et de l’Innovation, Roberto Salvarezza. Pour démontrer le changement de cap, il s’est référé à des faits concrets : « Il y a eu des augmentations de bourses qui étaient en dessous du seuil de pauvreté pour ceux qui font des études doctorales et post-doctorales, le nombre d’entrées au Conicet [CNRS argentin] a doublé pour cette année pour les chercheurs et les techniciens et les subventions à la recherche ont été augmentées de 25% », a-t-il déclaré lors de déclarations à l’émission dirigée par Eduardo Caimi sur Am 750.

Salvarezza a souligné « la présence du gouvernement dans les événements liés à la technologie. La semaine dernière, nous avons eu trois motifs de grande joie, lundi, nous étions dans une entreprise de technologie sur le campus de l’Université de San Martín avec des chercheurs du Conicet qui ont développé un système de détection précoce de la dengue. Jeudi, nous étions à l’inauguration de l’usine d’anticorps monoclonaux de Garín, qui est de très haute technologie et vendredi, nous étions au départ de Saocom 1B [[Consulter Observing Systems Capability Analysis and Review Tool (OSCAR)] para más detalles] », a-t-il expliqué. Et il a ajouté que l’intention n’est pas seulement de reconstruire le système scientifique vers l’intérieur, mais « de montrer aux Argentins quelle est la voie vers le futur ».

En ce qui concerne le satellite qui est parti de Bariloche, il est arrivé aux États-Unis et sera lancé dans l’espace le 30 mars, le Ministre a expliqué que « d’un point de vue stratégique, le leadership régional de l’Argentine en matière spatiale est à nouveau consolidé. Ce satellite extrêmement complexe que seuls le Japon et l’Union Européenne ont pu construire, fournira des données sur toutes les conditions environnementales : l’humidité du sol, l’état des bassins fluviaux, des données de la plus haute importance pour l’Instituto Nacional del Agua [Institut National de l’Eau] et pour l’INTA car il vous permet de savoir quoi semer, les temps d’irrigation, l’état du sol. Les données sont essentielles pour les agriculteurs et autres producteurs ». Il a également souligné que les images que ce satellite prendrait, peuvent être commercialisées à d’autres pays qui peuvent les acheter car elles peuvent fournir des informations à n’importe quel pays intéressé dans le monde.

Concernant Raices, le programme de rapatriement des scientifiques qui a très bien fonctionné pendant le Kirchnerisme, Salvarezza a déclaré qu’ « il est en marche, mais les gens reviennent lorsque les conditions de la recherche sont raisonnables. Au cours des quatre années de Macri, les conditions se sont détériorées à un niveau tel que les bourses étaient inférieures au seuil de pauvreté, les subventions pour la recherche n’étaient pas suffisantes. Pour qu’il soit à nouveau efficace, nous devons pouvoir changer ces conditions et nous sommes sur ce sujet », a- t-il conclu.

Página 12. Buenos Aires, 24 février 2020

Traduit de l’espagnol pour El Correo de la Diaspora par : Estelle et Carlos Debiasi

El Correo de la Diaspora. Paris, le 24 février 2020

Contrat Creative Commons
Cette création par http://www.elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported. Basée sur une œuvre de www.elcorreo.eu.org.

Répondre à cet article

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id