recherche

Accueil > Notre Amérique > Matière grise > L’Argentine s’est dotée d’une filière éolienne complète

23 juillet 2012

L’Argentine s’est dotée d’une filière éolienne complète

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

C’est le premier pays de la région a être capable par ses moyens technologiques et humains de construire des parcs éoliens clefs en mains, fabriqués à 100% dans le pays.

Selon le directeur de la CIPIBIC, Chambre des industries de projets et ingénierie des biens industriels, le Cluster Eolien d’Argentine regroupe 58 entreprises sur les deux cents qui pourraient le rejoindre-réparties dans 11 provinces du pays, qui se situent à toutes les étapes de la chaine de valeur pour la fourniture de cette énergie.

Toutes les parties prenantes sont présentes de la gestion de parcs au fabriquant d’aérogénérateurs, en passant par les transformateurs, l’électronique.... « L’Argentine compte non seulement avec ses ressources naturelles mais aussi avec la technologie. Le pays a deux marques nationales d’aérogénérateurs, homologuées et certifiées, et une autre à l’étape de prototype, ce qui accroît les possibilités d’exporter dans le reste de la région », explique le directeur de la CIPIBIC.

Cela permet non seulement de réduire les importations de combustible avec une énergie propre mais aussi de générer une main d’œuvre qualifiée dans une industrie à haute valeur ajoutée qui exporte sa technologie.

Il est donc souhaitable que le développement de l’énergie éolienne se fasse avec une meilleure intégration de la technologie nationale et de l’emploi. Le potentiel éolien de l’Argentine dépasse 2000 GW, 100 fois la capacité totale installée dans le pays en ajoutant toutes les sources -thermique, hydraulique, nucléaire-, le pays possède un plus grand potentiel éolien que pétrolier et se trouve très bien placé au niveau mondial.

C’est pourquoi le gouvernement pousse les programmes de production d’électricité à partir des énergies renouvelables Genren I et II. Juste avec ces deux seuls programmes on estime qu’on peut fournir de l’énergie à 1,5 million de personnes, et obtenir une économie de 1,7 milliard de dollars par ans d’importation de combustible , et aussi éviter l’émission de 2,4 millions de tonnes de CO2 par an.

Sans oublier que l’industrie éolienne génère des emplois très qualifiés avec des salaires plus élevés que la moyenne de l’industrie, et se trouve relativement consommatrice de main d’œuvre. Malgré les bonnes conditions naturelles et technologiques de développement, cette industrie rencontre certaines difficultés de financement, de par les montants en jeu, alors que chaque MW installé nécessite deux millions de dollars. Ces investissements sont aujourd’hui payés par des contrats à 15 ans de vente d’énergie mais on voit bien les limites pour un développement à grande échelle.

Pour cela, le secteur demande qu’on étudie un montant qui permettrait un financement mixte de capitaux externes et des banques nationales argentines, conditionnant leur apport à l’intégration de la production nationale et au développement de l’emploi.

C’est ainsi qu’est développé le Parc Arauco, à La Rioja, qui se construit par module de 50 MW par an, pour atteindre à terme de 400 MW. L’idée avec le soutien du Plan Industrial 2020, est de construire 1.000 MW par an -500 pour approvisionner l’Argentine et 500 pour l’exportation en Amérique Latine -, et de développer 400 fournisseurs locaux avec les quatre marques nationales d’ aérogénérateurs, et créer ainsi 10 000 emplois directs.

EL Correo d’après Telam. Paris, le 22 juillet 2012.

Contrat Creative Commons

titre documents joints

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id