recherche

Accueil > Notre Amérique > Réflexions > L’Argentine risque une révolte sociale

5 décembre 2015

L’Argentine risque une révolte sociale

par Carlos Andrés Ortiz*

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Les argentins commencent à se rendre compte à quel point pourrait s’avérer dure la gestion du président Mauricio Macri récemment élu, puisque ses premiers pas laissent augurer des pires pronostics.

Selon Carlos Andrés Ortiz, Macri « veut procéder à une importante dévaluation », chose qui a déjà relancé les prix et l’inflation [Lire : « Pain gratuit en signe révolte contre la hausse de 100 % du prix de la farine »]. De la même manière, Ortiz a assuré que la situation va empirer si l’Argentine signe les traités de libre-échange avec l’UE et les EU, puisque cela impliquera la« désindustrialisation », « étrangénéisation rapide » de l’économie et la perte de la souveraineté énergétique, entre autres choses.

Cet analyste s’est aussi montré critique sur la composition du nouveau cabinet de Macri où se trouvent « quelques personnes absolument incapables pour les fonctions auxquelles elles ont été désignées », et même quelques unes « ont été mise en examen ».

Carlos Andrés Ortiz s’est montré convaincu que d’ici un laps de 5 à 6 mois, il y aura « beaucoup d’opposition » au Gouvernement de Macri, ce qui pourrait déboucher sur une révolte sociale.

Carlos Andrés Ortiz* pour Sputnik

Sputnik. Buenos Aires, le 5 décembre 2015.

* Carlos Andrés Ortiz chercheur en économie et géopolitique. Ex-chercheur et professeur en Sciences Économiques à l’UNaM

El Correo de la diaspora latinoamericaine. Paris, le 5 décembre 2015.

Contrat Creative Commons
Cette création par http://www.elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported. Basée sur une œuvre de www.elcorreo.eu.org.

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id