recherche

Accueil > Argentine > L’Argentine et les réfugiés nazis, un lourd héritage toujours en (...)

20 mars 2021

L’expert Uki Goñi s’exprime sur les réfugiés nazis en Argentine

L’Argentine et les réfugiés nazis, un lourd héritage toujours en débat

Uki Goñi sur Soledad Acuña, le SS Erich Priebke et Página/12

par Uki Goñi

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

« J’ai été cité et on m’a cherché pour commenter l’affaire Soledad Acuña ( ministre de l’éducation de la ville de Buenos Aires), le nazi Erich Priebke, le lycée Primo Capraro, et l’article de Página/12. Je tire un « fil » sur ma vision de chercheur sur les liens de l’Argentine avec le nazisme et son influence possible sur la réalité de ce pays.

L’article de Página/12 me paraît valable. J’aurais aimé qu’il y ait encore plus de débat sur la présence nazie en Argentine. Ce n’est pas rien que le directeur du lycéee Capraro fut un criminel SS.

L’article en question cite avec sagesse Carlos Echeverria, un autre ancien élève du Lycée Capraro, auteur du précieux documentaire «  El Pacto de Silencio  »[2006] sur Erich Priebke et Bariloche [Ville argentine].

L’article accuse-t-il Acuña d’être une nazie ? En aucune façon. Et il cite Echeverría en disant que si tel était le cas, tous ceux qui fréquentaient ce lycée, y compris lui-même, seraient des nazis. Il est évidemment pertinent d’informer sur ce lycée très particulier que la responsable de l’éducation de la CABA [Ciudad Autonoma de Buenos Aires] a fréquenté.

J’ai fréquenté le lycée à Dublin. Notre professeur de français, Louis Feutren [un Bezen Perrot assimilé plus tard aux SS], était un ancien SS évadé en Irlande, pays neutre comme l’Argentine. A Dublin, les gens connaissaient Feutren, comme ils connaissaient Priebke à Bariloche. De toute évidence, sa présence m’a affecté.

Avant on l’appelait « une lente habitude à vivre avec le mal  », on parle aujourd’hui de « normalisation ». Si notre professeur est un SS, notre boussole morale va être anesthésiée. Il m’a fallu du temps pour évaluer cette proximité. Il est valable de se demander quelle évaluation a fait Acuña de Priebke.

Mais le fait devrait donner lieu à un dialogue plus riche que l’actuel dans lequel péronistes et anti-péronistes se jettent de pierres. Les deux côtés de la fissure se partagent les succès et les erreurs qui nous ont amenés ici.
.

Nestor Kirchner est celui qui a le plus joué la transparence sur le lien argentin avec le nazisme. En 2003, il a ouvert les archives nazies des Migrations, et en 2005, il a présenté ses excuses pour l’ordre secret de 1938 qui interdisait l’octroi de visas aux Juifs cherchant à fuir vers l’ Argentine.

Aujourd’hui, il faudrait ouvrir les dossiers SIDE [Services Secrets] sur l’entrée des nazis, opération menée par Rodolfo Freude, chef de la division Information de la Casa Rosada en 1946-48.
.

Perón était-il un nazi ? Perón était péroniste. La fuite nazie vers l’Argentine se serait déroulée de la même manière même si Perón n’avait jamais été élu en 1946. Avant le GOU, la marine argentine avait déjà un accord pour aider les agents nazis en Amérique du Sud. Ce qui a suivi était une continuation de cela.

La faille permet aux anti-péronistes de blâmer le péronisme et aux péronistes de rejeter les événements comme de la propagande des « gorilles ». Les deux se bousculent pour accuser l’autre. Le seul qui a pris le relais était Néstor Kirchner, ouvrant vraimentl les archives (pas la fausse ouverture de Menem).

Maintenant, ils vont dire que je suis K. Allez, bonne chance avec la stratégie adolescente de se rejeter la faute fictivement pour y échapper mutuellement. Bonne chance pour se battre comme des gangs dans une ruelle sombre. Quand ils seront fatigués, il y a un vrai pays, littéralement en feu, qui les attend.

Uki Goñi* sur son compte Twitter, le 23 novembre 2020.

* Uki Goñi est un journaliste, chercheur et auteur argentin basé à Buenos Aires. Ses reportages sont parus dans The Guardian, The New York Times et Time Magasin. Il est l’auteur de « La Authentique Odessa : le trafic de nazis vers l’Argentine de Perón » (2002). (Août 2018) Suivez Uki Goñi sur Twitter : @ukigoni.

Complement de d’información :

El violento discurso de la ministra de Educación porteña
SOLEDAD ACUÑA CONTRA LOS DOCENTES : ESTIGMATIZACION Y PERSECUCION

El Primo Capraro, dominado por años por el nazi Erich Priebke
COMO ERA EL COLEGIO DE BARILOCHE DONDE SE FORMO LA MINISTRA ACUÑA
Página 12. Buenos Aires, 22 de noviembre de 2020

Tras varios días de silencio
SOLEDAD ACUÑA VOLVIO A LA CARGA CONTRA LA « MILITANCIA » DE MAESTRAS Y MAESTROS
La ministra de Educación porteña ratificó sus dichos sobre quienes supuestamente toman la escuela « como un lugar de militancia », pero no se refirió a las descalificaciones que lanzó para quienes inician la carrera docente. También eludió hablar de la tapa de Página/12 sobre su paso por un colegio liderado por el criminal de guerra nazi Erich Priebke.
Página/12. Buenos Aires, 24 de noviembre de 2020

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id