recherche

Accueil > Les Brèves > Justice:16 ex-represseurs argentins condamnés dans le procès Atletico-Blanco-Olimp

mercredi 22 décembre 2010

Justice:16 ex-represseurs argentins condamnés dans le procès Atletico-Blanco-Olimpo

 

Seize répresseurs argentins condamnés, dont douze à perpétuité pour les crimes contre l’humanité commis dans les centres clandestins de détention et de tortures de Atletico , Blanco et Olimpo en Argentine. Telle fut la décision hier du Tribunal Oral Fédéral 2.
Y ont été jugés certaines des figures les plus emblématiques et cruelles du terrorisme d’Etat. Jorge Alberto Tassara ou Julio Simon alias El Turco, condamnés à perpétuité et destitués de leurs droits civiques à perpétuité pour des charges d’homicides, privation illégale de liberté, tortures…au total ce procès concernait plus de 183 victimes de crime contre l’humanité.

Le procureur Alejandro Alagia avait demandé des condamnations pour génocides pour tous les accusés, mais le TOF 2 a préféré la qualification pour “crimes contre l’humanité”. Les condamnations à perpétuité se basent sur la qualification d’homicide aggravé, auquel s’ajoutent pour les répresseurs des charges de privation illégale de liberté et de tortures.

Quatre répresseurs ne furent condamnés qu’à 25 ans avec pertes des droits civiques à perpétuité, dont Raúl Guglielminetti l’ex-agent de renseignement du Bataillon 601 qui n’aurait pas été assigné de façon permanente au camp. Ricardo Taddei, bien qu’accusé d’homicide, a été condamné à 25 ans car extradé d’Espagne , et par convention avec ce pays l’Argentine s’était engagée à ne pas le condamner à perpétuité.

La non condamnation de Juan Carlos Falcón , dit Kung Fu , a suscité l’émoi chez les survivants , mais il sera fait appel de cette decision . Ce dernier a argué qu’il était assigné à la garde personnelle de Albano Harguindeguy à cette époque. Toutefois des témoins l’ont accusé d’avoir été présent dans les centres de tortures, notamment la nuit.

Le procès avait commencé le 24 novembre 2009. “Justice a été faite” on déclaré certains des survivants du circuit des centres clandestins, bien que la question de Falcon reste en suspens.

El Correo d’après Pagina 12 , 22 décembre 2010

Répondre à cette brève

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id