recherche

Accueil > Argentine > Justice - Droits de l’homme > Jorge Olivera, le tortionnaire en fuite de Marie Anne Erize, enfin (...)

31 janvier 2017

Dicature argentine

Jorge Olivera, le tortionnaire en fuite de Marie Anne Erize, enfin arrêté

par Estelle Leroy-Debiasi *

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

L’ex répresseur argentin Jorge Olivera, condamné à la prison à perpétuité pour crime contre l’humanité a enfin été arrêté alors qu’il était en fuite, il s’était caché dans le coffre d’une voiture de sa famille dans le quartier de San Isidro.

JPEG - 28.7 ko
Jorge Olivera

Le répresseur Jorge Oliviera s’était échappé le 25 Juillet 2013 de l’ Hôpital Militaire où il était détenu, après sa condamnation à perpétuité pour enlèvement, séquestration et torture notamment de la franco-argentine Marie-Anne Erize [Marie-Anne Erize Tisseau
« La disparue de San Juan »
]. Sa fuite avait suscité une grande émotion en Argentine, laissant penser qu’il avait bénéficié de complicités.

Olivera a été localisé par l’équipe du procureur Franco Picardi, à la suite d’écoutes téléphoniques permettant de le localiser. En perquisitionnant le domicile familial, les vêtements du répresseur ont été trouvés, et ce dernier a tenté de se cacher dans le coffre d’une voiture. Le sinistre personnage avait échappé à la justice argentine jusqu’à l’annulation des lois de point final et l’ouverture des procès contre les membres de la dictature, mais avait été néanmoins détenu en Italie, avant d’être rattrapé par la justice de son pays. Outre ses exactions en matière de droits de l’homme, il a été aussi accusé de corruption et de détournement de fonds, titulaire d’un fidéicommis de plusieurs millions de pesos, servant à financer la vie des ex -represseurs en fuite.

EL Correo de la Diaspora d’après Página12. Paris, le 31 Janvier 2017.

Contrat Creative Commons

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id