recherche

Accueil > Les Brèves > Hommage aux anciens élèves et enseignants du Lycée Jean Mermoz disparus (...)

lundi 19 décembre 2011

Hommage aux anciens élèves et enseignants du Lycée Jean Mermoz disparus pendant la dictature argentine. Pétition.

 

Communiqué.

N’oublions pas nos camarades disparus.

Yves Domergue, Cecilia Rotemberg et Marie-Anne Erize sont "disparus"... victimes de la dictature militaire argentine entre 1976 et 1983.
Mais ils ont été aussi anciens élèves ou enseignants du lycée franco-argentin Jean Mermoz de Buenos Aires et du Collège français de Belgrano (établissement précédent, fermé en 1969).
Trente-cinq ans après ces disparitions, une grande majorité de la communauté du lycée l’ignore encore.

Avec l’intention de rappeler ces faits et de rendre hommage à leurs anciens camarades disparus, deux anciens élèves du lycée, Michelle Aslanides (promotion 85) et Roger Sorbac (promotion 76) se sont fixé comme objectif d’inaugurer une plaque dans l’enceinte du lycée, avec l’appui d’un groupe d’anciens élèves constitué a cet effet*.

Les jugements rendus lors du procès ESMA le 26 octobre dernier, et notamment la condamnation d’Alfredo Astiz, pour laquelle le ministre des Affaires Etrangères M. Alain Juppé a félicité l’Argentine, vont dans le sens d’un nécessaire devoir de mémoire, sur lequel la France et l’Argentine sont en phase.

Un deuxième procès débuté le 7 novembre dernier à San Juan, dont les prévenus sont Luciano Benjamin Menéndez, Jorge Olivera et dix autres militaires accusés d’avoir fait disparaître Marie-Anne Erize, rappelle l’ampleur et la gravité des faits que nous voulons commémorer avec le projet que nous présentons ici, et que nous vous demandons de soutenir.

Ce projet d’inauguration à déjà reçu l’aval des familles des disparus et recueilli environ 700 adhésions parmi les élèves, personnels et familiers du lycée.
Présenté à l’Ambassadeur de France en Argentine, Jean-Pierre Asvazadourian, et à la proviseure du lycée, Sabine Dubernard, ils ont manifesté leur soutien et demandé à ce qu’il soit largement diffusé. Depuis, il a été présenté a l’amicale des parents d’élèves et aux professeurs.
Nous sommes en attente de leur aval.

Notre projet :

En un premier temps faire connaître auprés de la communauté du lycée les faits, présenter le projet et organiser une pétition afin de recueillir les signatures "on line", à travers un blog créé à cette intention à l’adresse www.ancienslyceemermozeurope.blogspot.com
Avec le soutien des familles des disparus, présenter le projet aux autorités : Ambassadeur de France en Argentine, Proviseur et personnels du Lycée, amicale des parents d’élèves association des anciens élèves... en demandant leur adhésion au projet.
Une fois le consensus obtenu, lors d’une cérémonie où seraient présentes les familles des disparus, le personnel du lycée, les autorités, et prévue au premier semestre 2012, inaugurer une plaque commémorative dans l’enceinte du lycée et planter un arbre en leur souvenir.

Les fonds nécessaires à la réalisation de la plaque et l’achat de l’arbre seraient récoltés parmi les signataires de la cette pétition et la communauté des lycée et du collège français, de façon à ce que tous ceux qui ne pourraient assister à la cérémonie d’inauguration puissent être fiers d’avoir participé à ce projet, qui n’aurait pas pu se faire sans eux ...

La conception de la plaque pourrait être un projet de création, soumis à la communauté du lycée, mais le texte de la plaque sera le fruit d’un consensus entre les familles des disparus, le groupe organisateur du projet, les observations adressées par les signataires de la pétition et l’avis des autorités du lycée et l’ambassade de France en Argentine.

En un deuxième temps, et laissé à la libre appréciation du corps enseignant du lycée, notre projet propose un volet éducatif sur l’histoire récente de l’Argentine, basé sur les documents existants et du travail de recherche qui serait à réaliser par les élèves encadrés par leurs professeurs, avec pour exemple le travail réalisé par les élèves de Juliana Cagrandi, professeure à Melincué, petite ville de 2500 habitants près de Rosario, province de Santa Fé, travail qui a abouti à l’identification du corps d’Yves Dormergue et de sa compagne 34 ans aprés sa disparition .

Nous vous remercions de nous avoir lu, est espérons que vous soutiendrez ce projet.

Roger Sorbac(76)
placadesaparecidosmermoz@gmail.com

El Correo, Paris 19 décembre 2011

Répondre à cette brève

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id