recherche

Accueil > Empire et Résistance > Blocs régionaux > G7 : une quête désespérée de pertinence

14 juin 2021

G7 : une quête désespérée de pertinence

par Pepe Escobar *

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Un G7 transformé en croisade sinophobe n’aura que peu ou pas d’adeptes en raison de la dépendance croissante de ses membres à l’égard des biens et des marchés chinois.

Le prochain G7 en Cornouailles pourrait d’abord être considéré comme la rencontre originale entre « America is Back » et « Global Britain ».

Mais la vue d’ensemble est bien plus sensible. Trois sommets consécutifs – G7, OTAN et US-EU – ouvriront la voie à un dénouement très attendu : le sommet Poutine-Biden à Genève – qui ne sera certainement pas une réinitialisation.

Les intérêts dominants qui se cachent derrière l’hologramme qui porte le nom de « Joe Biden » ont un programme global clair : régenter les démocraties industrialisées – en particulier celles d’Europe – et les maintenir au même niveau pour combattre ces menaces « autoritaires » pour la sécurité nationale des États-Unis, la Russie et la Chine « malignes ».

C’est comme un retour à l’époque si stable de la Guerre froide des années 1970, avec James Bond combattant des démons étrangers et Deep Purple subvertissant le communisme. Eh bien, les temps changent. La Chine est tout à fait consciente qu’aujourd’hui, le Sud mondial « représente près des deux tiers de l’économie mondiale, contre un tiers pour l’Occident : dans les années 1970, c’était exactement le contraire ».

Pour le Sud global – c’est-à-dire l’écrasante majorité de la planète – le G7 est largement hors de propos. Ce qui compte, c’est le G20.

La Chine, superpuissance économique montante, est issue du Sud global et est un leader au sein du G20. Malgré tous leurs problèmes internes, les acteurs européens du G7 – l’Allemagne, la France et l’Italie – ne peuvent se permettre de contrarier Pékin sur le plan économique, commercial et des investissements.

Un G7 rebaptisé « croisade sinophobe » n’aura pas d’adeptes. Le Japon et les invités spéciaux de Cornouailles, à savoir la Corée du Sud, puissance technologique, ainsi que l’Inde et l’Afrique du Sud (toutes deux membres des BRICS), ont offert la carotte d’une éventuelle adhésion élargie.

L’offensive de Washington en matière de relations publiques se résume à se vendre comme le primus inter pares de l’Occident en tant que leader mondial revitalisé. La raison pour laquelle le Sud global n’y croit pas est illustrée par ce qui s’est passé au cours des huit dernières années. Le G7 – et en particulier les Américains – n’ont tout simplement pas pu répondre à la stratégie de commerce et de développement pan-eurasienne de grande envergure de la Chine, l’Initiative Ceinture et Route (BRI).

La « stratégie » américaine jusqu’à présent – la diabolisation 24/7 de la BRI en tant que « piège à dettes » et machine de « travail forcé » – n’a pas suffi. Aujourd’hui, trop peu et trop tard, on assiste à la mise en place d’un plan du G7, impliquant des « partenaires » tels que l’Inde, pour « soutenir », du moins en théorie, de vagues « projets de haute qualité » dans le Sud global : il s’agit de l’Initiative Clean Green, axée sur le développement durable et la transition écologique, qui sera discutée lors des sommets du G7 et de l’UE.

Comparée à la BRI, l’Initiative Clean Green peut difficilement être qualifiée de stratégie géopolitique et géoéconomique cohérente. La BRI a été approuvée et soutenue par plus de 150 États-nations et organismes internationaux, dont plus de la moitié des 27 membres de l’UE.

Les faits sur le terrain sont éloquents. La Chine et l’ANASE sont sur le point de conclure un accord de « partenariat stratégique global ». Les échanges entre la Chine et les pays d’Europe centrale et orientale (PECO), également connus sous le nom de groupe 17+1, qui comprend 12 nations de l’UE, continuent d’augmenter. La Route de la Soie numérique, la Route de la Soie de la Santé et la Route de la Soie polaire continuent de progresser.

Il ne reste plus qu’à entendre les Occidentaux parler de vagues investissements dans la technologie numérique – peut-être financés par la Banque européenne d’Investissement, dont le siège est au Luxembourg – pour couper la « portée autoritaire » de la Chine dans le Sud global.

Le sommet UE-États-Unis pourrait lancer un « Conseil du Commerce et de la Technologie » pour coordonner les politiques relatives à la 5G, aux semi-conducteurs, aux chaînes d’approvisionnement, aux contrôles des exportations et aux règles et normes technologiques. Un petit rappel : l’UE et les États-Unis ne contrôlent tout simplement pas cet environnement complexe. Ils ont grandement besoin de la Corée du Sud, de Taïwan et du Japon.

Attendez une minute, Monsieur le percepteur…

Pour être honnête, le G7 a peut-être rendu un service public au monde entier lorsque ses ministres des Finances ont conclu un accord prétendument « historique », samedi dernier à Londres, sur un impôt mondial minimal de 15% sur les sociétés multinationales (SMN).

Le triomphalisme était de mise – avec des louanges sans fin sur la « justice » et la « solidarité fiscale », associées à de très mauvaises nouvelles pour les différents paradis fiscaux.

C’est un peu plus compliqué

.

Cette taxe fait l’objet de discussions au plus haut niveau de l’OCDE à Paris depuis plus de dix ans maintenant, notamment parce que les États-nations perdent au moins 427 milliards de dollars par an en raison de l’évasion fiscale des multinationales et autres multimilliardaires. En ce qui concerne le scénario européen, cela ne tient même pas compte de la perte de la TVA par fraude – ce que pratique allègrement Amazon, entre autres.

Il n’est donc pas étonnant que les ministres des Finances du G7 aient eu Amazon dans leur ligne de mire, qui vaut 1 600 milliards de dollars. La division «  cloud computing  » d’Amazon doit être traitée comme une entité distincte. Dans ce cas, le groupe méga-tech devra payer plus d’impôts sur les sociétés dans certains de ses plus grands marchés européens – Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni – si la taxe mondiale de 15% est ratifiée.

Alors oui, il s’agit surtout des Big Tech – maîtres experts en fraude fiscale et profitant de paradis fiscaux situés même à l’intérieur de l’Europe, comme l’Irlande et le Luxembourg. La manière dont l’UE a été construite a permis à la concurrence fiscale entre les États-nations de s’envenimer. En discuter ouvertement à Bruxelles reste quasiment un tabou. Dans la liste officielle des paradis fiscaux de l’UE, on ne trouve pas le Luxembourg, les Pays-Bas ou Malte.

Tout ceci ne serait-il donc qu’un coup de pub ? C’est possible. Le problème majeur est qu’au Conseil européen – où les gouvernements des États membres de l’UE discutent de leurs problèmes – ils traînent les pieds depuis longtemps et ont en quelque sorte délégué l’ensemble du dossier à l’OCDE.

En l’état actuel des choses, les détails de la taxe de 15% sont encore vagues, alors même que le gouvernement américain risque de devenir le plus grand gagnant, car ses multinationales ont transféré des bénéfices massifs à travers la planète pour éviter l’impôt américain sur les sociétés.

Sans compter que personne ne sait si, quand et comment l’accord sera accepté et mis en œuvre au niveau mondial : ce sera une tâche sisyphéenne. Au moins, il sera discuté, à nouveau, lors du G20 à Venise en juillet.

Lo que Alemania quiere

Sans l’Allemagne, il n’y aurait pas eu de réelles avancées sur l’accord d’investissement UE-Chine à la fin de l’année dernière. Avec la nouvelle administration américaine, l’accord est à nouveau au point mort. La chancelière sortante Merkel est opposée au découplage économique entre la Chine et l’UE, tout comme les industriels allemands. Il sera très intéressant de suivre cette intrigue secondaire au G7.

En résumé : L’Allemagne veut continuer à se développer en tant que puissance commerciale mondiale en utilisant son importante base industrielle, tandis que les Anglo-Saxons ont complètement abandonné leur base industrielle pour adopter une financiarisation non productive. Et la Chine, pour sa part, veut commercer avec la planète entière. Devinez qui est l’intrus.

Si l’on considère le G7 comme un rassemblement de facto de l’hégémon avec ses hyènes, ses chacals et ses chihuahuas, il sera également très intéressant d’observer la sémantique. Quel degré de « menace existentielle » sera attribué à Pékin – notamment parce que pour les intérêts qui se cachent derrière l’hologramme « Biden », la véritable priorité est l’Indo-Pacifique ?

Ces intérêts se moquent éperdument de l’aspiration de l’UE à une plus grande autonomie stratégique. Washington annonce toujours ses diktats sans même prendre la peine de consulter préalablement Bruxelles.

C’est donc bien de cela qu’il s’agira lors de ce triple X de sommets – G7, OTAN et UE-USA : l’hégémon fait tout pour contenir/éloigner l’émergence d’une puissance montante en enrôlant ses satrapies pour « combattre » et préserver ainsi « l’ordre international fondé sur des règles » qu’il a conçu il y a plus de sept décennies.

L’histoire nous dit que cela ne marchera pas. Deux exemples : les empires britannique et français n’ont pas pu arrêter la montée des États-Unis au XIXe siècle ; et mieux encore, l’axe anglo-américain n’a arrêté la montée simultanée de l’Allemagne et du Japon qu’en payant le prix de deux guerres mondiales, avec l’empire britannique détruit et l’Allemagne redevenue la première puissance en Europe.

La réunion de « America is Back » et de « Global Britain » en Cornouailles devrait donc être considérée comme une simple note de bas de page historique.

Pepe Escobar* para el Asia Times

Asia Times. Hong Kong, le 9 juin 2021

Traduit parRéseau International

* Pepe Escobar est un journaliste brésilien de l’Asia Times et d’Al-Jazeera. Pepe Escobar est aussi l’auteur de : « Globalistan : How the Globalized World is Dissolving into Liquid War » (Nimble Books, 2007) ; « Red Zone Blues : a snapshot of Baghdad during the surge » ; « Obama does Globalistan  » (Nimble Books, 2009), Empire of Chaos (Nimble Books, 2014), et 2030 en format Kindi. Vous pouvez le suivre sur Facebook.

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id