recherche

Accueil > Les Brèves > G20 : l’Argentine défavorable à un contrôle des prix des matières (...)

jeudi 17 février 2011

G20 : l’Argentine défavorable à un contrôle des prix des matières premières

 

A quelques heures du début du G20 qui va se tenir à Paris, le gouvernement argentin a fait savoir par la voix de son ministre de l’économie, que la position de l’Argentine- qui est aussi celle du Brésil- n’est pas favorable à un blocage du prix des matières premières, qu’ il faut pouvoir écouler au prix du marché.

Une façon de rejeter le projet proposé par Sarkozy de réguler les prix des matières premières, face aux risques de spéculation. Car ce n’est pas aussi simple…Trois rapports récents du FMI, de l’Union européennes et du Centre d’analyse stratégique français conviennent qu’il sera « très difficile » d’établir de façon claire et transparente un contrôle pour éviter la spéculation sur ces prix. « S’ils pensent qu’il faut augmenter l’offre d’aliments, ce n’est pas par ce chemin qu’ils vont y parvenir » a commenté le ministre de l’économie argentin.

Autre point de méfiance de plusieurs pays émergents : la réforme du système monétaire international que veut pousser Sarkozy en redonnant un rôle plus important au FMI pour superviser les mouvements de capitaux à court terme. Or, nombre de pays émergents ne voient toujours pas d’un bon œil un rôle accru du FMI, compte tenu des bourdes commises par le passé.

En tant que pays présidant cette année le groupe des 77, le ministre des affaires étrangères d’Argentine rencontrera son homologue française, pour aborder les questions de la réforme du système monétaire international ,des paradis fiscaux, et les questions sociales.

El Correo d’après Telam, Paris 17 février 2011

Contrat Creative Commons

Répondre à cette brève

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id