recherche

Accueil > Les Brèves > Crise Colombie-Venezuela Rencontre décisive Chávez-Santos

mardi 10 août 2010

Crise Colombie-Venezuela
Rencontre décisive Chávez-Santos

 

Les présidents du Venezuela, Hugo Chávez et de la Colombie, Juan Manuel Santos- qui vient d’entrer en fonction- doivent se réunir ce mardi 10 août afin de s’expliquer, dialoguer et de rétablir les relations diplomatiques rompues entre les deux pays depuis le 22 juillet dernier. Et cela après que Bogota ait accusé, devant l’OEA, le Venezuela de favoriser la présence active de membres des FARC sur son territoire. Est attendu de la rencontre d’aujourd’hui les bases d’un calendrier permettant de renouer des relations diplomatiques.

Mais depuis plusieurs mois les rapports entre les deux pays s’étaient dégradés, notamment depuis l’accord signé par Bogota sur l’installation de sept bases étasuniennes sur son territoire, et le ton ne cessa de monter entre Uribe et Chavez. Le changement de président en Colombie, bien que Santos se réclame de la droite lignée de Uribe, peut-il changer quelque chose ? Peu probable, puisque historiquement Santos fut le ministre de la Défense de Uribe

La médiation de Nestor Kirchner- ex président de l’Argentine-, secrétaire général de l’Unasur a permis de mettre au point cette rencontre.
Chavez a affirmé qu’il est disposé « à tourner la page et regarder le futur avec paix et intégration entre la Colombie et le Venezuela ». Santos a rappelé lors de son investiture qu’un des engagements principaux de son gouvernement était de reconstruire les relations avec le Venezuela et l’Equateur.

Les observateurs de la région se déclaraient assez optimistes comme le président brésilien Lula da Silva, qui s’est rendu vendredi à Caracas : « Je suis très optimiste sur la construction d’une paix entre le Venezuela et la Colombie », a-t-il dit. Alors que de son coté, Fidel Castro a déclaré « qu’il n’y a aucune possibilité, même lointaine, que la Colombie attaque le Venezuela ». « Elle n’y a pas d’intérêt », « elle ne peut pas », « elle ne le souhaite pas » et « les conséquences seraient désastreuses ».

El Correo d’après agences, 10 août 2010

Répondre à cette brève

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id