recherche

Accueil > Les Cousins > Cuba > Attaque contre l’ambassade de Cuba en France

27 juillet 2021

Attaque contre l’ambassade de Cuba en France

Paris condamne, La Havane accuse Washington

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

L’ambassade de Cuba à Paris a été la cible d’engins incendiaires le 26 juillet. La mission diplomatique a dénoncé une attaque « terroriste » et accusé les Etats-Unis de procéder à des « campagnes incessantes [...] qui encouragent ces comportements ».

Les mesures de sécurité ont été renforcées le 27 juillet autour de l’ambassade de Cuba à Paris, cible d’une attaque au cocktail molotov condamnée par la France et dont La Havane a rendu les Etats-Unis responsables. Deux engins incendiaires ont été lancés dans la nuit de du 26 au 27 juillet sur la mission diplomatique cubaine, située rue de Presles dans le XVe arrondissement et qui a subi des dégâts mineurs, selon les pompiers de Paris. « Nous dénonçons une attaque terroriste aux cocktails molotov contre notre ambassade à Paris », s’est indigné le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodriguez sur Twitter.

« Je tiens le gouvernement des Etats-Unis pour responsable de ces campagnes incessantes contre notre pays qui encouragent ces comportements et des appels à la violence, en toute impunité, depuis son territoire », a-t-il ajouté.

Denunciamos ataque terrorista con cocteles molotov contra nuestra Embajada en París @EmbaCuba Francia. Responsabilizo al Gobierno de EEUU por sus continuas campañas contra nuestro país que alientan estas conductas y por llamados a la violencia, con impunidad, desde su territorio.— Bruno Rodríguez P (@BrunoRguezP) July 26, 2021

« La France condamne l’attaque », a déclaré de son côté la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, évoquant « quelques dégâts matériels » et précisant que « des mesures de renforcement du dispositif de sécurité ont été mises en place autour de l’ambassade ». Les pompiers français ont indiqué avoir été alertés de l’attaque un peu après minuit et précisent que « les deux engins, qui ont causé des dégâts mineurs, ont été éteints avant leur arrivée ». L’incident n’a pas été revendiqué dans l’immédiat. Selon le ministère cubain des Affaires étrangères, l’attaque s’est produite à 23h45 avec trois cocktails molotov et un départ de feu qui a été éteint par des fonctionnaires de la mission. Durant le week-end et le 26 juillet, des manifestations pour et contre le gouvernement cubain ont été organisées dans diverses capitales à l’occasion de la fête nationale du 26 juillet, deux semaines après des manifestations antigouvernementales. Une vingtaine de pays, dont le Brésil, la Colombie et l’Equateur, se sont joints le 26 juillet au secrétaire d’Etat US Antony Blinken pour appeler le gouvernement cubain à « respecter les droits et libertés légalement garantis du peuple cubain » et à « libérer les détenus » interpellés le 11 juillet lors des manifestations.

The U.S. stands with democracies around the world, who are speaking with one voice to condemn mass arrests and detentions of protestors in Cuba. We join our partners in calling on the Cuban government to respect the human rights and fundamental freedoms of all Cubans.— Secretary Antony Blinken (@SecBlinken) July 26, 2021

« Les « déclarations du secrétaire d’Etat US ont le soutien d’une poignée de pays qui ont subi des pressions pour se conformer à ses diktats », a affirmé le ministre des Affaires étrangères Bruno Rodriguez dans un autre tweet. Cuba a le soutien de 184 nations qui exigent la fin du blocus », a-t-il ajouté en référence aux sanctions américaines contre l’île

Declaraciones del Secretario de Estado EEUU se basan en apoyo de un puñado de países q han sido presionados para acatar sus dictados#Cuba cuenta con respaldo de 184 naciones q demandan #EliminaElBloqueo Emplazo a gob EEUU a presentar pruebas demuestren calumniosas acusaciones— Bruno Rodríguez P (@BrunoRguezP) July 26, 2021

Interrogé par l’AFP, le parquet de Paris a indiqué le 27 juillet au matin avoir ouvert une enquête en flagrance du chef de « dégradations par substance explosive ou engin incendiaire ». Les investigations ont été confiées au 3e district de police judiciaire parisienne (3e DPJ).

RT.fr Paris, 27 juil. 2021

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id