recherche

Accueil > Notre Amérique > Matière grise > Argentine : Le programme PROGRESAR, un encouragement pour étudier

29 septembre 2015

Argentine : Le programme PROGRESAR, un encouragement pour étudier

par Sebastián Premici

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Le montant total que l’État argentin consacre à la jeunesse dans le Budget est de 51,042 milliards de pesos. Le plan PROGRESAR [Progresser] qui va être inscrit sous forme de loi, représente 8, 811 milliards.

Le Programme de soutien aux Étudiants Argentins (Progresar), qui octroie une aide de 900 pesos par mois pour que les jeunes puissent commencer ou terminer leurs études (à n’importe quel stade) sera indexé tout les semestres, comme le prévoit la loi. Le Programme prévoit d’atteindre en 2016 un million de jeunes 18 à 24 ans. Le crédit en vigueur pour cette politique s’élève à 6,175 milliards de pesos. Selon des chiffres du projet budgétaire pour l’année prochaine, le plan Progresar recevra un montant de 8, 811milliards de pesos, en augmentation de 43,0% distribué entre toutes les provinces du pays. La province de Buenos Aires recevra plus de 50% des ressources du programme. Le plan Progresser fait partie du projet de loi pour la « Promotion des Jeunesses » envoyé au Parlement par le Pouvoir exécutif. L’initiative prévoit que l’indexation semestrielle sera identique à celle des différentes allocations familiales. Selon une lecture transversale du Budget, l’État national destine aux jeunesses, au travers des différents ministères 51, 04 milliards de pesos (2015).

L’indexation semestrielle des allocations familiales a été instaurée en juillet dernier. l’Attribution Universelle par enfant, l’attribution prénatale, l’attribution pour grossesse, l’aide scolaire ... y ont été incluses. De cette façon, le plan Progresser bénéficiera de cette indexation. « La loi de Promotion des Jeunesses implique non seulement la cristallisation d’un processus de réparation et d ’élargissement de droits découlant des outils étatiques de promotion et d’inclusion, mais aussi implique un pas supplémentaire dans l’action de l’État en matière de jeunesse », peut-on lire dans les fondements du projet.

En mars de cette année, 541 143 jeunes ont bénéficié du Plan Progresser. Le même mois, les conditions requises d’accès ont été modifiées, avec la simplification des formalités administratives. Le résultat fut qu’en juillet on a atteint 824 323 bénéficiaires. Le prochain objectif est d’atteindre le million d’inscrits.

Le budget de Progresser pour 2015 était de 4,175 milliards de pesos mais il a été augmenté à 6,175 milliards. Pour 2016, selon le projet du Budget, la province du Buenos Aires recevra 4,637 milliards. La répartition du reste est la suivante, en millions de pesos :

  • Ville autonome de Buenos Aires, (116,8),
  • Catamarca (101,4),
  • Cordoba (321,4),
  • Corrientes (259,6),
  • Chaco (316,0),
  • Chubut (63,9),
  • Entre Rios (239,6),
  • Formosa (107,6),
  • Jujuy (178,1),
  • La Pampa (57,8),
  • La Rioja (86,7),
  • Mendoza (351,3),
  • Misiones (281,4),
  • Neuquén (72,0),
  • Río Negro (123,0),
  • Salta (447,4),
  • San Juan (136,7),
  • San Luis (66,7),
  • Santa Cruz (31,9),
  • Santa Fe (357,1),
  • Santiago del Estero (218,3),
  • Tucumán (359,1) et
  • Tierra del Fuego (15,2).

Selon une enquête réalisée par le gouvernement national sur 1 700 bénéficiaires de Progresser, 14% n’étudiaient pas. C’est-à-dire qu’ils ont repris leur scolarité et formation dès que l’État a mis marche le programme. Sur le total des interrogés, 55 % suivent des études supérieures, 34% suivent un niveau secondaire, tandis que les inscrits au niveau primaire sont un petit groupe (0,5 %). 10 % du total des jeunes suivent des stages de formation au Ministère du Travail.

L’enquête a aussi montré que l’argent du programme est utilisé à 80 % pour l’achat de matériels d’étude. À son tour, près de la moitié des sondés a aussi mentionné qu’ils l’utilisaient pour couvrir les frais de transport. Récemment au 3 et 4ème rang sont apparus l’achat de biens pour le logement et la nourriture.

« Dans les années 70 les jeunes étaient considérés comme subversifs. Ce n’est pas pour rien que 70 % des disparus avaient entre 16 et 30 ans. Dans les années 90, la jeunesse a été victime des politiques de rigueur budgétaire en matière d’éducation, du chômage et de l’assouplissement des lois du travail. Et actuellement, l’image des jeunes apparaît dans les médias dominants associée comme des sujets à discipliner car liés à la violence et la drogue », selon les lignes directrices du texte parlementaire. Le texte donne une autre place à la jeunesse, cherche à « institutionnaliser le processus d’élargissement des droits de la jeunesse comme sujet des transformations sociales ».

60 politiques destinées aux jeunes

Le gouvernement national supporte plus de 60 politiques destinées aux jeunes, réparties entre les différents ministères. Du plan pour la réduction de la mortalité infantile, en passant par les Jeux Nationaux Evita, le renforcement des centres d’étudiants jusqu’aux jeunes entrepreneurs ruraux. Aussi sont inclus les Plan Fins [1], les Bourses du Bicentenaire et Connecter l’Égalité. C’est la lecture d’un budget transversal. Pour cette année, le total des politiques pour la jeunesse représente un budget de 51, 043 milliards [4, 843milliards d’EUR / de 5, 419 milliards USD], 4 % du total des ressources assignés pour toute l’administration.

L’Attribution Universelle par enfant couvre la période entre 0 et 18 ans. Le programme Progresser celle entre 18 et 24 ans, tandis que la loi de Promotion des Jeunesses étend le concept de jeunesse jusqu’à 29 ans. Selon le budget 2015, les ressources dédiées à l’enfance et à l’adolescence , réparties entre tous les ministères, s’élèvent à 18, 434 milliards de pesos. Et si on calcule le total des allocations – prénatal, par enfant, aide aux écoliers, grossesse, AUH – l’État destine encore 53,348,8 milliards à l’enfance et à l’adolescence. C’est-à-dire que pour les différentes politiques et programmes consacrés à l’enfance, à l’adolescence et à la jeunesse, l’État apporte 122, 826 milliards de pesos [11,657 milliards d’ EUR / 13,042 milliards de USD].

Sebastián Premici pour Página 12

Página 12. Buenos Aires, le 28 septembre 2015.

Traduit de l’espagnol pour El Correo de la diaspora Latinoamericaine par : Estelle et Carlos Debiasi.

El Correo de la diaspora Latinoamericaine. Paris, 28 septembre 2015.

Contrat Creative Commons
Cette création par http://www.elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported. Basée sur une œuvre de www.elcorreo.eu.org.

Notes

[1Le Plan de Fin d’Études Primaires et Secondaires (FINS) est spécifiquement destiné aux jeunes et aux adultes qui n’ont pas pu terminer leur scolarité, en leur offrant l’appui et les outils nécessaires pour finir leurs études.

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id